Théolis Formations
15 sujets de 121 à 135 (sur un total de 154)
  • Auteur
    Réponses
  • #15042
    Photo du profil de Anais Colin
    Anais Colin
    Étudiant(e)

    Bonjour,

    Etude de cas très intéressante.

    Alors question 1 :

    Cette patiente consulte parce qu’elle est en grande souffrance psychique. En effet, elle est prise dans un cercle vicieux où elle est obligée d’accomplir des rituels pour être moins angoissée mais où, si elle les accomplit, elle devient le sujet d’une incompréhension générale de son entourage. Cela va au-delà de son cercle familial puisqu’elle en a même perdu son emploi et c’est Selon moi  ‘élément déclencheur de sa venue.

     

    Question 2 :

    Ses symptômes sont des actes compulsives, des pensées magiques, des obsessions mais aussi des troubles alimentaires (boulimie).

     

    Question 3 :·

    Cette dame a avant tout besoin d’être écoutée, comprise, non jugée comme une folle. Elle doit être accompagnée vers, dans un premier temps, une diminution des rituels (Confrontation à sa peur de la mort), une déculpabilisation. Elle pourra aussi travailler son estime d’elle-même afin de retrouver un emploi. Nous devons lui permettre de se voir comme souffrante et non responsable.

     

    Question 4 :

    Madame souffre de névrose obsessionnelle ainsi que du développement d’une boulimie.

     

    Question 5 :

    Madame pourra suivre une TCC, prendre des anxyolitiques ou suivre une thérapie plus longue.

     

    Question 6 :

    Je pourrais lui demander :

     » A quoi pensez-vous durant vos ritúals ?  »

     » Pouvez-vous me parlEr davantage de vos relations avec vos parents ?  »

     

    Bonne journée

    Anaïs

    #15051
    Photo du profil de Audrey Aymard
    Audrey Aymard
    Équipe Théolis

    Bonjour Anais,

    Merci de votre intérêt pour cette étude de cas. Votre regard est très bienveillant et votre analyse est juste. Je vous félicite.

    Je vous souhaite une belle fin de journée.

    Audrey

    #15077
    Photo du profil de LILLA BOUKHTACHE
    LILLA BOUKHTACHE
    Étudiant(e)

     

    Étude de cas n°1

     

    ·      Question 1 : Quel est le motif de consultation de Mme A ?

    Mme A consulte car elle s’adonne à des rituels et doit quotidiennement assouvir des « besoins incessants de vérification » au sein de son domicile. Il est possible de les assimiler à ce que l’on appelle des troubles obsessionnelles compulsifs.

    ·      Question 2 : Quels sont les symptômes présentés par Mme A ?

    Ensemble de rituels quotidiens : Vérification du domicile, lavage intempestif des mains suite au contact avec une surface définie comme sale (TOC) è Ils ont entrainé la perte de son emploi ;

    Angoisse majeure ;

    Syndrome dépressif majeur

    Trouble du sommeil (insomnie ?)

    Trouble du comportement alimentaire (TCA) = Marqué par une boulimie

    Conflits au sein du couple (reproche sur la perte d’emploi)

     

    ·      Question 3 : Quels sont les besoins de Mme A ?

    Mme A a besoin d’une écoute active lui permettant de comprendre ses maux (Absence de soutien de son entourage : Conflit avec son conjoint, conflit avec la mère malgré une relation fusionnelle et relations tendues avec ses deux filles). Nous pouvons supposer qu’elle consulte afin d’avoir une thérapie adéquate à ses maux.

     

    ·      Question 4 : Quelles hypothèses faites-vous sur le diagnostic psychopathologique de Mme A ? Pourquoi ?

    TCA : Boulimie : Permet de garder le contrôle de son corps (rempart identitaire) et de contenir ses émotions et échappe les angoisses.

    Névrose obsessionnelle = Il y a la présence d’idées obsédantes chez Mme A persistantes jusqu’à l’arrivée à son véhicule le matin (rumination mentale). Pour assouvir ses pensées et pour réduire son angoisse sous-jacente, elle s’adonne à des TOC (vérifications et lavage des mains incessants). La patiente qualifie ces manifestations comme étant invalidantes. Ayant eu un traumatisme d’enfance (12 ans) lié à la mort de son père, ces troubles sont donc amplifiés.

    ·      Question 5 : Que proposez-vous pour accompagner Mme A ?

    Il est possible de proposer plusieurs choses :

    Tout d’abord une thérapie individuelle sur la base d’une psychothérapie clinique.  Il est important de partir à la source de ses difficultés ; L’hypnothérapie pourrait s’avérer utile pour diminuer son état anxieux en se positionnant comme une thérapie de soutien. La relaxation lui permettre de mieux intégrer son vécu.

    Je pensais aussi à une thérapie de type EMDR car elle s’adresse à divers patients ayant des troubles dépressifs, anxieux, un deuil non surmonté, des TCA. Cela pourrait également de travailler sur l’estime de soi. L’EFT peut être également une solution car ceci pourrait permettre à Mme A de se libérer de ses blocages émotionnels liés à des traumatismes passés (deuil du papa + garde/responsabilité de ses deux frères à l’âge de 8ans) et/ou actuels (perte de son emploi, conflits de familiaux + de couple).

    Je pense qu’il serait également pertinent de mettre en place une thérapie familiale et de couple. Un cadre serein au quotidien lui permettrait de surmonter ses angoisses récurrentes.

    Si tout ceci venait à échouer peut-être qu’il serait pertinent de traiter ses maux par traitements médicamenteux (type anxiolytique ou antidépresseurs) car son traumatisme est relativement ancien et donc bien ancré.

    ·      Question 6 : Quelles questions seraient intéressantes à poser à Mme A afin de l’aider à cheminer sur son symptôme ?

    Il serait pertinent de poser à Mme A différentes questions, à savoir :

    Comment vous sentez-vous aujourd’hui ? (Afin de créer une relation de confiance, de favoriser son expression et de pouvoir débuter l’exploration).

    Quels sont les émotions ressenties lorsque vous assouvissez vos TOC ?

    Avez-vous besoin d’assouvir vos TOC tous les jours ou sont-ils accentués dans certaines situations ?

    Pouvez-vous m’expliquer le lien relationnel que vous avez votre mère ? Pourquoi ressentez-vous une forme de culpabilité vis-à-vis d’elle ? Pourquoi y a-t-il des conflits dans votre relation mère/fille?

    Comment avez-vous vécu son enfance ? (tantôt elle évoque « une tendre enfance » et tantôt elle évoque beaucoup « trop de responsabilités »).

    Comment les enfants ont-ils manifestés/manifestent-ils leur lassitude ?  

    Votre mari vous soutient-il dans votre démarche thérapeutique ?

    Avec son accord car elle semble être contrariée à l’idée de faire le lien entre ses manifestations et le décès de son père, je souhaiterais pouvoir lui demander si à l’heure actuelle elle a fait son deuil (intérêt thérapeutique).

     

     

    #15081
    Photo du profil de Audrey Aymard
    Audrey Aymard
    Équipe Théolis

    Bonjour,

    Je vous félicite, votre diagnostic est juste et vos propositions thérapeutiques adaptées. Je vous souhaite une belle continuation dans votre formation.

    Audrey

    #15109
    Photo du profil de Audrey Houdou
    Audrey Houdou
    Étudiant(e)

    Bonjour à tous et à Mme Aymard 🙂

    Je me lance pour répondre aux questions de cette étude de cas ! 

    • le motif de Consultation :

      Mme A consulte un professionnel car elle exprime avoir des symptômes l’ayant conduite à la perte de son emploi, élément qui semble déclencheur pour venir en parler. Car ces symptômes ont commencé il y’a 12 ans suite au décès de son père et ont dégradé au fur et à mesure des pans de sa vie. Elle souffre d’un syndrome dépressif majeur.

    • Les symptômes : 

      Mme A relate plusieurs symptômes : trouble du sommeil, comportement boulimique, comportement obsessionnelle avec le besoin incessant de vérification de sa maison, des rituels matinaux et invalidants comme le lavage de mains dès qu’elles sont en contact avec une surface « définie comme sale » pour contrer une angoisse majeure. Ce qui l’a conduit à ne plus être capable d’honorer son travail (retards) 

    • les besoins de Madame A : 

      Mme A nous consulte car la perte de son travail met en évidence des années de souffrance et une prise de conscience que plus rien ne va : époux qui lui reproche la perte de son emploi, les difficultés financières, enfants de mme lassés par ses Toc. Symptômes épuisants, comportement boulimique qui peut être activité par la perte de son père. L’angoisse est profonde chez Mme A, qu’elle tente de contrôler de divers manières. 

      Elle s’est d’ailleurs déjà questionnée sur le lien probable avec le décès de son père mais n’arrive pas à comprendre pourquoi. Elle semble être dans une culpabilité incessante concernant ses symptômes, elle s’en veut de réagir ainsi face à la mort de son père à laquelle elle se sentait « preparee. » elle a besoin d’aide.

    • Hypothèse sur le diagnostic psychopathologique de Mme A : 

      Madame A souffred’une névrose obsessionnelle ( TOC) 

      L’angoisse de mort est importante.

      Sa pathologie peut se référer à des facteurs environnementaux avec le décès de son père. Mais peut-être une prédisposition génétique de part la dépression de sa mère. 

      Il y’a donc à creuser avec Mme A sur son enfance, ce que cela implique aujourd’hui dans sa vie d’adulte, son rapport au couple, à la famille.
      Son rapport aujourd’hui « fusionnel » avec sa mère alors qu’elle a pris le rôle de maman étant petite. s’occuper de sa mère aujourd’hui est peut-être une façon de contrôler son angoisse de la perdre également ?
      Mme A nécessite un travail profond autour de ses angoisses, quelles sont les causes non conscientisées , l’aider à y voir plus clair. Proposer des outils par la suite, EFT, EMDR pour l’aider a surmonter ses traumatismes. 

      Merci pour vos retours, vos suggestions. Étude de cas qui force à réfléchir c’est un bon complément à ce module rempli d’informations ! 

      Audrey 

     

    #15117
    Photo du profil de Audrey Aymard
    Audrey Aymard
    Équipe Théolis

    Bonjour Audrey,

    Votre analyse est bien approfondie et détaillée. Votre diagnostic est juste et je vous félicite sincèrement pour votre regard bienveillant sur la patiente. Bravo.

    Je reste à votre disposition.

    Je vous souhaite une belle journée

    Audrey

    #15138
    Photo du profil de Alban Pauly
    Alban Pauly
    Étudiant(e)

    Bonjour Audrey,

    Voici mes réponses à propos du cas n°1 de Mme A

    Question 1 

    L’objet de sa consultation me semble être l’altération importante de sa qualité de vie personnelle et professionnelle en raison de la survenue de TOC et les conséquences familiales (éloignement de ses enfants), de la perte de son emploi et ses conséquences également (difficultés de son foyer, sommeil, et et boulimie). Mme A m’apparaît en grande souffrance, avec un besoin d’être accompagnée pour se comprendre, ce qu’elle ne semble pas trouver en son foyer (éloignement des ses enfants, reproches de son mari, conflit avec sa mère et rôle inversé avec elle)

    Question 2 

    Les symptômes répertoriés sont les troubles obsessionnels et compulsifs très invalidants laissant supposer une névrose obsessionnelle. On constate également un syndrôme dépressif avec troubles du sommeil et boulimie. Je note le caractère fusionnel de sa relation avec la mère qui génère un conflit interne et externe (culpabilité et conflits).

    Question 3

    Je pense qu’elle a déjà besoin d’une oreille attentive et dépourvue de jugement. Elle a besoin d’y voir plus clair, comment elle a pu en arriver là. Je pense aussi qu’elle doit ressentir une forme de culpabilité étant indiqué qu’elle a tenu la responsabilité de toute sa famille toute sa vie et qu’aujourd’hui, elle n’arrive plus à gérer sa vie. Elle devient même elle même tributaire de son mari financièrement suite à la perte de son emploi. Elle est donc dans une position inverse à celle sur laquelle elle s’est construite.

    Question 4

    Elle souffre de névrose obsessionnelle, ses symptômes sont évocateurs.

    Je pense que la dépression de sa mère à l’âge de 8 ans à impacté son rapport à la séparation et développé son angoisse à la mort (âge d’activation : entre 6 et 9 ans) . La mort de son père a réactivé cette angoisse et les TOCS le reflètent. Je pense donc que la mort de son père est l’élément déclencheur mais que le fond est la séparation d’avec sa mère dû à sa dépression à l’âge de 8 ans. Le caractère fusionnel conflictuel de leur relation tend vers cela également.

    La propre dépression de Mme A suite à la perte de son emploi résonne comme un « abaissement des armes « . Ses anciennes défenses (être active et responsable) ne peuvent plus être utilisées —> dépression. Déclenchement de nouveaux symptômes (boulimie, dépression) laissant entendre un appel au secours (pour la première fois de sa vie ?)

    Peut être vais je trop loin dans les interprétations ?

    Question 5

    Je lui propose un suivi afin qu’elle puisse s’exprimer librement et aussi souvent qu’elle le souhaite, elle en a besoin. Dans ce cadre, nous en profiterons pour évoquer sa vie et notamment lorsqu’elle avait 8 ans avec la dépression de sa mère, puis le décès de son père, entre autres.

    Ensuite, je lui proposerai je pense des séances d’hypnoses ou EMDR (via un praticien que je lui recommanderai) afin de reprogrammer ces événements et les percevoir d’un autre point de vue.

    Enfin, si la dépression est trop lourde, l’orienter vers un psychiatre pour lui prescrire des anti dépresseurs et travailler en parallèle sur les TOCS (par TCC ?) afin de les atténuer et éliminer.

    Question 6

    – Décrire les troubles et les ressentis à ce moment là, puis ensuite, quels sentiments s’installent ?

    – Comment a t’elle vécu le départ de sa mère en hospitalisation pour dépression, et quels ont été ses ressentis immédiat et par la suite ? Puis comment a t’elle vécu sa propre dépression?

    – Comme a t’elle vécu le fait de s’occuper de ses frères et soeurs puis de son père et maintenant de sa famille ?

    – Comment a t’elle vécu le décès de son père ? a t’elle ressenti une forme de culpabilité ?

    – Sur quoi reposent les conflits avec sa mère, qu’est ce qui la met en colère ou mal à l’aise ? et pourquoi parle t’elle de culpabilité ?

    – Comment vit elle les reproches de ses enfants et de son mari ? Quels sont ses ressentis sur ces points ?

    – Comment a t’elle vécu la naissances de ses enfants et comment ça se passait à la maison lorsqu’ils étaient enfants (responsabilités etc…)

    #15143
    Photo du profil de Audrey Aymard
    Audrey Aymard
    Équipe Théolis

    Bonsoir Alban,

    Bravo pour la justesse de votre analyse et votre regard bienveillant sur Mme A, c’est très appréciable. Vos propositions thérapeutiques sont complètement adaptées et vos hypothèses vraiment intéressantes.

    Je vous souhaite une belle continuation dans votre formation.

    Audrey

    #15153
    Photo du profil de Alban Pauly
    Alban Pauly
    Étudiant(e)

    Merci infiniment pour vos encouragements  !

    #15216
    Photo du profil de Stéphanie Blanchard
    Stéphanie Blanchard
    Étudiant(e)

    Bonjour,

    A la suite de cette étude de cas, nous pouvons dire que Mme A est en souffrance. Sa perte d’emploi et son état dépressif entrainant des troubles divers lui ont visiblement fait réalisé qu’elle était fragilisé et avait besoin d’aide. Elle a fait la démarche de consulter ce qui laisse penser qu’elle a conscientisé sa souffrance et veut se faire aider.

    Ses symptômes sont un état dépressif qu’elle a déplacé sur des troubles obsessionnels compulsifs (TOC, pensée magique, obsession) qui interfèrent dans sa vie personnelle (avec son mari et ses enfants). A ça viennent s’ajouter des troubles du sommeil et de l’alimentation. Nous pouvons envisagé que ces troubles ont le but inconscient de diminuer une angoisse sous-jacent en en l’occurrence ici, le décès de son père et une certaine culpabilité lié à son enfance.

    Avant toute chose, Mme A a le besoin de parler de tout ça. Elle a besoin qu’on l’a respecte en toute humilité, que l’on soit dans une démarche d’écoute réceptive et active pour qu’elle comprenne qu’on est avec elle. Elle a besoin de conscientiser la source du problème afin de pouvoir aller mieux et d’accepter le décès de son père. Elle a aussi besoin de mettre des mots sur la culpabilité qu’elle ressent vis à vis de sa mère et de reconnaitre que ses troubles sont un mécanisme de déplacement dont la source est l’angoisse de la mort.

    Mme A souffre de névrose obsessionnelle suite au refoulement (donc isolement) de son angoisse de la mort et au déplacement sur des troubles obsessionnels compulsifs.

    Pour l’accompagner, nous pouvons lui proposer une psychothérapie pour revenir à la source du problème en mettant des mots dessus pour le conscientiser et ainsi aller vers une modification de son comportement si elle est prête. Nous pouvons aussi proposer des séances d’hypnose , l’Eft, l’Emdr et un traitement allopathique si besoin.

    Nous pourrions poser les questions suivantes :

    Quel regard porte-t-elle sur elle-même ?

    Quels sentiments éprouve-t-elle en se levant le matin ?

    Comment se sentait-elle lorsqu’elle avait 8 ans ? Quelles relations avait-elle avec ses frères et sœurs ?

    Comment était son papa ? Comment a-t-elle vécu son décès ? Quel regard porte-elle sur la mort ?

    Comment qualifie-t-elle sa relation avec sa mère ? Qu’est-ce que ça lui apporte ?

    Quel regard porte-elle sur la famille qu’elle a créé ? Quelles sont ses relations avec ses enfants ?

     

    Je vous remercie

    Stéphanie

     

    #15221
    Photo du profil de Audrey Aymard
    Audrey Aymard
    Équipe Théolis

    Bonjour Stéphanie,

    Votre analyse de cas est juste et vos propositions thérapeutiques adaptées. Vous avez su repérer les besoins de la patiente avec beaucoup de bienveillance. Je vous félicite et vous souhaite une belle continuation dans votre formation.

    Audrey

    #15244
    Photo du profil de Marilyne MOUCHET
    Marilyne MOUCHET
    Étudiant(e)

    Bonjour

    Ma première impression est que cette personne est en grande souffrance depuis de nombreuses années. Ces souffrances ont eu des conséquences sur le plan personnel et socio-professionnel. Néanmoins, elle est consciente de cette situation. Ce qui est très positif.

    1. Les motifs de consultation  sont :  Mme A. souffre de problématiques dans son quotidien : troubles compulsifs, état dépressif, troubles du sommeil et alimentaire.

    2. Les symptômes présentés sont : état dépressif, troubles du sommeil, crise de boulimie, TOC, relationnels conflictuels avec entourage familial (conjoint, enfants et mère). Une culpabilité face à la mort de son père, une angoisse face à la mort engendré par le décès celui-ci.  Des responsabilités lourdes dès son plus jeune âge dans un contexte difficile (dépression et hospitalisation de sa maman).

    3. Les besoins de Mme A sont : elle a besoin de faire le deuil de son papa en se déculpabilisant. Ses rituels sont des mécanismes de défenses par rapport à l’angoisse. Il faut donc qu’elle se libère des ses rituels afin de retrouver une vie personnel et socio-professionnelle épanouie et ainsi retrouver un emploi.

    4. Les hypothèses que je peux diagnostiquer sont :  une névrose obsessionnelle (TOC), troubles alimentaires (boulimie)

    5. Je propose comme accompagnement : une psychothérapie (clinique et comportementale), l’hypnose, EMDR, EFT. En complément, un traitement médicamenteux peut-être prescrit par son médecin ou psychiatre .

    6. Questions que je pourrais lui poser: Qu’est ce que ses rituels lui apportent?  A-t-elle fait le deuil de son papa? Culpabilise-t-elle par rapport à sa mort? Comment se sent-elle dans sa relation avec sa maman et ses enfants? Qu’elle me décrive une vie épanouie? Ses émotions par rapport à sa jeunesse?

    Bon week-end

    Marilyne

    #15251
    Photo du profil de Audrey Aymard
    Audrey Aymard
    Équipe Théolis

    Bonjour Marilyne,

    Bravo, votre diagnostic est juste. Vos propositions thérapeutiques sont adaptées aux besoins de la patiente. Je vous souhaite une belle continuation dans votre formation et vous souhaite une belle journée.

    Audrey

    #15276
    Photo du profil de anathana
    anathana
    Étudiant(e)

    Impressions : Mme A est en souffrance de par le côté invasif de ses symptômes dans sa vie quotidienne ainsi que l’état de ses relations avec son entourage. Mme A a une histoire de vie qui l’a beaucoup affectée et impacte sa vie présente. Je ne vois aucune ressource réconfortante dans ce qu’elle décrit de son quotidien (relation, activité…)

    1) Mme A consulte car ses symptômes sont invalidants et ont un impact négatif dans sa vie quotidienne. Elle souffre d’un syndrome dépressif majeur + de ses symptômes et semble enlisée dans cette situation.

    2) Mme A présente des symptômes de type compulsifs (vérifications, lavage des main), une obsession pour la propreté, un comportement boulimique.

    3) Mme A semble vouloir (bien que ce ne soit pas écrit) retrouver un comportement plus « rationnel » à savoir diminuer ses compulsions, perdre moins de temps dans la réalisation de ses vérifications et s’alimenter de manière plus stable ce qui aboutirait probablement à une amélioration de ses relations familiales et de son état dépressif en vue pourquoi pas de reprendre le cours de sa vie (emploi, insertion sociale…).

    4) Mme A semble présenter une névrose obsessionnelle de par ses symptômes de vérification, d’obsession pour la propreté,  accompagnés de troubles alimentaires (mais qui semblent être plus une conséquence que le fond du problème). Cette femme est angoissée surtout si elle n’assouvit pas ses rituels mais en contact avec la réalité c’est pour cette raison que la névrose me semble cadrer avec son état.

    5) Au vu de son syndrome dépressif majeur, cette personne aura besoin d’un suivi pluridisciplinaire notamment en ce qui concerne une possible médication à évaluer par un médecin (vu la présence d’un diagnostic probable qu’elle soit déjà suivie). Il serait également profitable à cette dame de suivre une psychothérapie à compléter si elle le souhaite par des séances dans une discipline type hypnose ou EMDR.

    6) J’aimerais en savoir plus sur la chronologie de l’apparition et de l’évolution de ses symptômes après le décès de son papa, son ressenti lors des crises, savoir ce qui se joue dans son esprit à ce moment-là. Il me semblerait aussi intéressant de savoir ce qui s’est passé en elle lors de cet épisode de prise de responsabilités dans son enfance. Comment l’a-t-elle vécu ? S’est-il déjà passé quelque chose à ce moment-là dans ses comportements ? Enfin, la mécanique de ses relations familiales me paraîtrait intéressante à étudier car je crois y déceler de potentiels facteurs déclenchants dans ses angoisses.

    #15278
    Photo du profil de Audrey Aymard
    Audrey Aymard
    Équipe Théolis

    Bonjour Anathana,

    Votre diagnostic est juste et vos propositions thérapeutiques sont également adaptées à la problématique de la patiente. Je vous félicite et vous souhaite une belle continuation dans votre formation.

    Passez une belle journée

    Audrey

15 sujets de 121 à 135 (sur un total de 154)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

logo estompé pour certificats 3

Une formation offerte !

Saviez-vous qu'en vous inscrivant gratuitement sur le site, une formation vous est offerte ?

En accès illimité !

les formateurs
J'en profite
Fondamentaux accompagnement gratuite

Théolis Formations : ©2016®