Théolis Formations
15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 178)
  • Auteur
    Réponses
  • #5456
    Photo du profil de Theolis Formations
    Theolis Formations
    Équipe Théolis

    Après lecture de l’étude de cas, faites part de vos premières impressions avant de réfléchir aux questions posées.

    Vous pouvez répondre ensuite directement dans ce sujet du forum afin que nous puissions échanger. Pour toute autre question concernant la formation, vous pouvez créer un nouveau sujet (suivre le lien puis en bas de page).

    ETUDES DE CAS

    LES DIFFERENTES STRUCTURES DE PERSONNALITE

    Etude de cas 1 :

    Mme A, 58 ans, vient en consultation suite à des symptômes qui à ce jour ont mis en péril son travail. Mme A m’explique qu’elle vient de perdre son emploi pour cause de retards quotidiens et incapacité à exercer correctement son travail. Cette perte d’emploi a généré un syndrome dépressif majeur avec des troubles du sommeil et de l’alimentation, développant ainsi des comportements boulimiques. S’ensuivent des conflits au sein du couple, le mari lui reprochant sa perte d’emploi et les difficultés financières qui en découlent.

    Mme A décrit ses symptômes comme des besoins incessants de vérification au sein de sa maison, elle doit s’assouvir à un ensemble de rituels avant de partir au travail le matin au risque d’une angoisse majeure l’empêchant d’aller jusqu’à sa voiture pour partir au travail. S’ajoute un rituel devenu très invalidant, le lavage de main intempestif, à chaque contact avec une surface « définie comme sale ».

    Mme A relate que ces symptômes sont survenus il y a 12 ans, suite au décès de son père. Mme A dit en même temps être contrariée à l’idée d’associer ses symptômes à la mort de son père car « J’étais préparée à son décès, il fumait comme un pompier, j’ai passé ma vie entière à lui faire la guerre, on savait tous ce qui l’attendait »

    Mme A est l’ainée d’une fratrie de 3 enfants et dit avoir reçu une éducation stricte, et avoir passé ses « tendres années » à élever ses deux frères et à avoir beaucoup de responsabilités, « beaucoup trop » car sa maman est passée par différents épisodes dépressifs dont un qui a nécessité une hospitalisation de plusieurs mois. La patiente alors à l’époque âgée de 8 ans, s’est retrouvée seule à élever deux frères de 5 ans et 3 ans.

    Elle entretient à ce jour une relation fusionnelle avec sa mère qu’elle va voir tous les jours, dont elle s’occupe seule, relation marquée de conflits et de culpabilité. Mme A a deux filles avec qui les relations sont assez tendues, suite à, d’après la patiente, « une lassitude de leur part de tous ces rituels incessants et destructeurs ».

    • Question 1 : Quel est le motif de consultation de Mme A ?

    • Question 2 : Quels sont les symptômes présentés par Mme A ?

    • Question 3 : Quels sont les besoins de Mme A ?

    • Question 4 : Quelles hypothèses faites-vous sur le diagnostic psychopathologique de Mme A ? Pourquoi ?

    • Question 5 : Que proposez-vous pour accompagner Mme A ?

    • Question 6 : Quelles questions seraient intéressantes à poser à Mme A afin de l’aider à cheminer sur son symptôme ?

    #5744
    Photo du profil de M. P.
    M. P.
    Étudiant(e)

    Premières impressions après première lecture : Mme A est en souffrance.

    1) Mme A consulte à cause de rituels qui lui ont fait perdre son travail et l’ont rendue dépressive ensuite.

    2) Symptômes : obsessions, actes compulsifs et pensée magique

    3) Les besoins de Mme A  peuvent être : avoir moins peur de la mort (ses rituels sont apparus lors du décès de son père), ne plus avoir besoin de ses rituels, retrouver sa joie de vivre en sortant de la dépression, améliorer ses relations avec sa famille.

    4) Hypothèse concernant le diagnostic psychopathologique : névrose obsessionnelle

    5) Pour accompagner Mme A je propose de consulter des professionnels pour une psychothérapie clinique (recherche de la cause des rituels), une psychothérapie comportementale (modification du comportement), hypnose, EMDR, EFT, anxiolytiques, antidépresseurs ou nouveaux protocoles expérimentaux (sismothérapie)

    6)Pour aider Mme A à cheminer sur son symptôme je peux lui poser la question suivante : Au fond de vous de quoi avez vous le plus peur ?

    #5752
    Photo du profil de Audrey Aymard
    Audrey Aymard
    Équipe Théolis

    Bonsoir Magali,

    Bravo pour cette analyse qui est très juste dans l’ensemble et j’apprécie que votre premier ressenti est celui de la souffrance de Mme A, c’est un paramètre important dans une approche psychothérapeutique.

    Nous pouvons relever d’autres besoins que ceux que vous avez déjà justement relevés. A votre avis, lesquels?

    Vote diagnostic est juste, par contre, pour ce qui est des questions à poser, peut-être que la question que vous proposez sera une question à poser après d’autres, lesquelles à votre avis?

    Au plaisir de vous lire

    Audrey

    #5757
    Photo du profil de M. P.
    M. P.
    Étudiant(e)

    Bonjour Audrey,

    Merci beaucoup pour votre réponse bienveillante.

    Les autres besoins pourraient être de pouvoir faire cesser les rituels et la dépression, retrouver un travail,…

    Les questions préalables pourraient être de demander plus de détails sur les rituels, ce que pense cette personne lorsqu’elle s’y adonne par exemple. Comment à son avis à elle, elle pourrait faire cesser ces rituels et sa dépression, quelles ressources en elle, elle pourrait utiliser pour cela,…

    Au plaisir de vous lire à nouveau

    Magali

    #5760
    Photo du profil de Audrey Aymard
    Audrey Aymard
    Équipe Théolis

    Bonjour Magali,

    Bonjour Magali

    Vous faites preuve aussi de beaucoup de bienveillance dans vos réponses, ce qui est une qualité essentielle d’un thérapeute. Je vous félicite pour votre analyse de cas.

    Je vous souhaite une belle continuation

    A bientôt

    Audrey

     

     

    #5800
    Photo du profil de PATRICIA LAFOND  KEMPF
    PATRICIA LAFOND KEMPF
    Étudiant(e)

    Bonsoir.

    Mon ressenti à la lecture de cette anamnèse est que Mme A est en souffrance mais avec une prise de conscience de son état.

    Mme A consulte suite à un état dépressif majeur qui a engendré une perte de son emploi et une dégradation des relations familiales.

    Elle souffre d’une dépression majeure avec troubles du sommeil et de l’alimentation (boulimie), rituels et TOC divers (propreté) obsessionnels.

    Les troubles du comportement de Mme A sont liés au décès de son père il y a 12 ans. Cet événement a sans aucun doute engendré une angoisse et peur de la mort.

    Concernant le diagnostic, nous avons un refoulement de la peur de la mort et donc un conflit psychique, des actes compulsifs, des rituels et TOC pour conjurer le sort  la mort, un symptômes invalidant au quotidien.

    Mme A présente tous les symptômes d’une névrose obsessionnelle.

    Concernant l’accompagnement thérapeutique, nous pouvons envisager dans un premier temps une psychothérapie afin de définir précisément la cause de cette névrose (bien qu’elle apparaît nettement lors de l’anamnèse) mais cela permettra à Mme A d’en prendre conscience et de commencer à « travailler » avec le psychothérapeute sur ce blocage, des séances d’hypnose, EFT, EMDR. Selon l’état de Mme A nous pourrons y adjoindre un traitement allopathique (anxyolitiques, antidépresseurs) et en dernier recours une sismothérapie (électrochocs).

    Au cours du cheminement thérapeutique de Mme A nous pourrions lui poser diverses questions :

    – Quel est son rapport à la mort ? Que ressent-elle par rapport au décès de son père voilà 12 ans ?

    – Que lui procure ces rituels ? Que lui apportent-ils ?

    – Est-ce que le fait de s’occuper de sa mère est une façon d’atténuer une certaine culpabilité ?

    Je vous souhaite une excellente soirée. Patricia

    #5809
    Photo du profil de Audrey Aymard
    Audrey Aymard
    Équipe Théolis

    Bonsoir Patricia,

    Bravo pour votre analyse précise et juste, teintée également de bienveillance , ce que j’aime beaucoup. Le diagnostic est juste et les thérapeutiques envisagées adaptées. Les questions envisagées sont également judicieuses, je ne peux que vous féliciter.

    Bonne continuation dans votre apprentissage

    Au plaisir de vous lire

    Bonne soirée

    Audrey

    #6013

    Bonjour,

    Réponse étude de cas:

    Madame A consulte suite à de nombreux symptômes faisant penser à des TOC qui ont malheureusement compromis son travail et affecté son état de santé général. A cette première lecture il semble que madame A soit consciente de son état pathologique.

    Elle présente des symptômes de névrose obsessionnelle ( rituel: lavage intempestifs des mains). qui l’ invalident fortement devenant systématiques et gravement contraignants affectant vie socio-professionnelle et affective.

    Suite au décès de son père, madame A dit avoir développé des TOC, véritable névrose invalidante. Effectivement le décès de celui-ci peut avoir  déclenché une certaine angoisse incontrôlable face à la mort. Elle a finalement déplacé et isolé cette angoisse de mort sur une angoisse environnementale plus contrôlable ( lavage des mains exagérée) passant certainement au départ d’ une personnalité obsessionnelle à une véritable névrose.

    Ses tocs ont provoqué par la suite un enchainement de situations socio-professionnelles et affectives inadaptées entrainant par la suite d’ autres troubles comme un syndrome dépressif, des troubles alimentaires, des troubles du sommeil…

    Je pense aussi qu’ il est important par la suite de s’ interroger sur le comportement fusionnel que Madame A, a avec sa mère. En effet l’ inversion de son rôle durant l’ enfance passant de petite fille de 8 ans à « chef de famille »  devenant alors un enfant  » parentifié »  suite aux épisodes réguliers dépressifs de sa mère, n’ ont-ils pas provoqué chez madame A un comportement surprotecteur envers sa mère, afin de s assurer toujours de son bien être tout en oubliant le sien, provoquant par la suite chez elle une grande vulnérabilité et fatigue psychologique et émotionnelle.

    Concernant l’accompagnement de Madame A: une psychothérapie clinique et comportementale, l’ hypnose, l EMDR, ou EFT. Anxiolytiques et antidépresseurs.

    Les questions peuvent être multiples concernant les TOC:

    Sa représentation de la mort et comment a t elle vécu le décès de son père  ?

    A- t -elle été accompagnée suite au décès de son père ?

    Moments d’ apparition des TOC, leurs fréquences ? …

    Est ce que certaines situations augmentent ses TOC ?

    Que ressent-elle au moment des rituels ?

    Mais aussi des questions sur son vécu, et sa relation avec ses parents  ( puisque nous n’ avons que peu d’ informations sur son père . Père démissionnaire? absent ?)…

    Comment perçoit- elle sa relation fusionnelle avec sa mère ? ..mais aussi son détachement avec ses enfants qui peut être difficile à vivre.

    Beaucoup d’ interrogations sur cette étude de cas qui est très intéressante.

    Très bonne fin de journée. Catherine.

     

     

    #6016
    Photo du profil de Audrey Aymard
    Audrey Aymard
    Équipe Théolis

    Bonsoir Catherine,

    Je vous remercie de l’intérêt porté à cette analyse de cas et vous avez fait une étude très approfondie avec un regard clinique riche. Je vous félicite. Vos questions sont pertinentes et votre diagnostic juste. Bravo.

    Belle continuation à vous

    Audrey

    #6215
    Photo du profil de
    Anonyme

    Bonjour

    Ma première impression est que cette personne est en grande difficulté, sur le plan personnel et professionnel et qu’elle en souffre. Mais elle en est consciente et souhaite semble-t-il améliorer la situation, puisqu’elle vient consulter.

    1/ Les motifs de consultation : Elle rencontre des difficultés dans sa vie quotidienne en raison de comportements compulsifs qui perturbent sa capacité à assumer ses obligations : elle a perdu son travail, ainsi que ses relations avec sa famille (conjoint, enfants, mère). Elle est dépressive, avec troubles du sommeil, boulimie.

    2/ Les symptômes : angoisse, TOC, dépression, boulimie, troubles du sommeil, relations difficiles avec son entourage, sans doute une forte angoisse face à la mort en lien avec le décès de son père alors qu’elle était très jeune et avec les responsabilités qui ont pesé sur elle suite à ce décès.

    3/Ses besoins : elle a besoin de se rassurer, de se protéger de ses angoisses, de la culpabilité qu’elle ressent, d’où ses comportements actuels. Il lui faudra donc pour aller mieux se libérer de ce mécanisme de défense, de ses rituels, pour retrouver la sérénité, rétablir de bonnes relations avec son entourage, sortir de la dépression et retrouver un équilibre dans sa vie.

    4/ Au vu des symptômes et des causes évoquées, elle souffre de névrose obsessionnelle : angoisse refoulée de la mort, rituels compulsifs, empêchement d’assurer ses obligations… Un comportement très invalidant.

    5/ Traitement : psychothérapie ; hypnose, EMDR, EFT, en accompagnement de la psychothérapie ; traitement médicamenteux (antidépresseurs) pour aider à lutter contre la dépression.

    6/ Questions à lui poser : détails sur les rituels, demander quel est son ressenti par rapport ses rituels : comment elle le vit, ce que ça lui apporte…, par rapport aux événements de son enfance : la mort de son père, la responsabilité auprès de ses frères, la dépression de sa mère, par rapport à ses relations actuelles avec sa mère, ses filles ; comment elle a vécu ou vit aujourd’hui ces situations. Afin de lui permettre de comprendre ce dont elle a peur au fond d’elle-même. Lui demander comment elle aimerait que les choses se passent.

    Bonne journée

    Anne-Cécile

     

    #6216
    Photo du profil de Magali Fournier
    Magali Fournier
    Étudiant(e)

    Bonjour,

    J’imagine que le motif de consultation de Mme A est son mal être profond qui a eu des conséquences importantes sur sa vie, l’apparition de ces TOCS qui lui ont fait perdre son travail, ont posé des soucis dans sa relation avec ses enfants, avec son mari….Un cercle vicieux…

    Les symptômes sont les TOCs (divers rituels, lavage des mains qui lui prennent beaucoup de temps), la boulimie, le manque de sommeil. Ces symptômes font penser à une névrose obsessionnelle.

    Les symptômes sont apparus après le décès de son père il y a 12 ans. Angoisse de mort + sentiment de culpabilité (elle savait que cela arriverait et pensait y être préparée).

    On retrouve cette culpabilité dans la relation qu’elle entretient avec sa maman. Elle a été confrontée très tôt à la dépression de sa maman et a endossé un rôle de « maman » envers ses frères.

    Un contexte pas particulièrement rassurant pour un enfant, peut-être à l’origine de ses angoisses actuelles?

    Encore ce sentiment de culpabilité dans la perte de son travail et des soucis financiers.

    Un sac un peu lourd à porter?

    Mme A a besoin d’être écoutée et de comprendre comment sa dépression est arrivée et pourquoi ses symptômes sont si présents. Elle a surtout besoin qu’ils disparaissent pour retrouver une vie qui lui convienne.

    Je pense qu’une psychothérapie accompagnée de séances d’EFT, d’Hypnose ou d’EMDR pourrait l’aider pour apaiser les périodes difficiles (deuil de son papa, période de dépression de sa maman) et pour comprendre les causes de sa dépression et se libérer de la culpabilité et de ses peurs.

    Les questions qu’ils seraient intéressantes de lui poser:

    Comment se sentait la petite fille que vous étiez à 8 ans lorsque votre maman a été hospitalisée?

    Qu’est-ce que vos TOC vous apportent?

    Comment vous sentez-vous lorsque vous pensez à votre papa aujourd’hui? A son décès?

    Comment voudriez-vous être aujourd’hui, comment voudriez-vous que votre vie soit?

    Bon après-midi

    Magali

     

    #6226
    Photo du profil de Audrey Aymard
    Audrey Aymard
    Équipe Théolis

    Bonjour Anne Cécile,

    Votre analyse est très détaillée et votre regard clinique est juste, tout comme votre analyse. C’est du bon travail, je vous félicite et vous souhaite une belle continuation dans votre formation.

    Au plaisir de vous lire

    Audrey

    #6227
    Photo du profil de Audrey Aymard
    Audrey Aymard
    Équipe Théolis

    Bonsoir Magali,

    Merci de votre analyse qui est également précise et détaillée. Elle est également juste et c’est plutôt prometteur pour l’exercice en qualité de thérapeute. Je vous félicite et reste à votre disposition

    Bonne continuation dans votre formation

     

    Audrey

    #6240
    Photo du profil de vanessa setbon
    vanessa setbon
    Étudiant(e)

    Bonjour,

    1) Mme A est en grande souffrance suite à un état qui se dégrade avec les années engendrant de multiples bouleversements très contraignants dans sa vie.

    2) Symptômes : Elle a des comportements compulsifs, obsessions et pensées magiques (rituels) de plus en plus invalidants autant dans sa vie personnelle (conflit avec son mari, lassitude de ses enfants) que professionnelle (multiples retards ayant pour conséquences la perte de son travail) entraînant des perturbations telles que des troubles du sommeil, alimentaires et des symptômes dépressifs.

    Elle est consciente d’avoir développé des TOC suite au décès de son père.

    Elle a isolé et déplacé cette angoisse de mort incontrôlable sur des événements environnementaux modifiables (multiples vérifications, lavages incessants des mains..). Ce mécanisme de défense est inconscient d’où son refus d’associer ses symptômes à la mort de son père. Nous pouvons donc parler d’une véritable névrose obsessionnelle.

    3) Besoins : Elle a besoin de parler avec un professionnel des différents traumatismes traversés dans sa vie. Elle est dans le déni de cette angoisse de mort car elle se pensait prête au départ de son père.

    Une grosse partie de son problème est là car c’est à la suite de ce décès qu’elle a développé ses symptômes. Il faut qu’elle prenne conscience que nous ne sommes jamais prêt à la mort d’un parent peu importe son état ou son âge…rien n’atténue l’horrible surprise du jour de leur départ.

    S. de Beauvoir disait en parlant de la mort de sa mère que « c’est aussi brutal et imprévisible que l’arrêt d’un moteur en plein ciel ».

    Il faut donc qu’elle prenne conscience de la violence du décès d’un parent qui est certainement la cause de cette angoisse développée il y a 12 ans.

    Ensuite il va falloir parler de son sentiment de culpabilité vis à vis de sa mère qu’elle va voir tous les jours  et qui est certainement dû à la fragilité de cette dernière lors des différents épisodes dépressifs et du rôle protecteur que Mme A a endossé alors qu’elle n’était qu’une enfant.

    4) Hypothèses du diagnostic :

    Comme développé plus haut, Mme A est atteinte de névrose obsessionelle car elle a des comportements excessifs comme le lavage incessants des mains et des TOC que nous ne retrouvons pas dans la personnalité obsessionnelle.

     

    5) Accompagnements proposés :

    Il lui faut au plus vite une psychothérapie clinique ou comportementale (bien que je pense que la recherche de la cause soit plus urgente que la modification du comportement) afin de stopper cette dégradation progressive de son état.

    Accompagné de diverses méthodes comme l’hypnose, l’EMDR, l’EFT, sismothérapie, anxiolytiques et antidépresseurs pour atténuer la dépression et soulager l’angoisse sous-jacente.

    6) Questions intéressantes à lui poser :

    -Détailler ses rituels afin de comprendre à quels moments ils se déclenchent principalement.

    -Comment elle se sent après ses différents rituels.

    – A t-elle le sentiment que ça s’aggrave avec le temps ou en fonction de certaines situations et quelles sont ces peurs pour sa vie futur (divorce, détérioration de sa relation avec ses enfants..)

    – Comment a t-elle vécu la dépression de sa mère, la mort de son père et la responsabilité vis à vis de ses frères.

    – Est-ce que la mort de son père a renforcé son rôle protecteur vis à vis de sa mère (sentiment d’être la seule à devoir s’en occuper).

    – Comment a t-elle vécu la naissance de ses enfants. A t-elle eu des angoisses lui rappelant la situation vécue lors de son enfance.

    Bonne journée. Merci.

    #6251
    Photo du profil de Audrey Aymard
    Audrey Aymard
    Équipe Théolis

    Bonsoir Vanessa,

    Félicitations pour la précision de votre travail et votre œil clinique sur la situation, c’est très prometteur. Votre analyse est très juste.

    Je vous souhaite une bonne suite dans votre apprentissage

    Au plaisir de vous lire

    Bonne soirée

    Audrey

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 178)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

logo estompé pour certificats 3

Une formation offerte !

Saviez-vous qu'en vous inscrivant gratuitement sur le site, une formation vous est offerte ?

En accès illimité !

les formateurs
J'en profite
Fondamentaux accompagnement gratuite

Théolis Formations : ©2016®