Théolis Formations
15 sujets de 31 à 45 (sur un total de 178)
  • Auteur
    Réponses
  • #10720
    Photo du profil de Céline Charron
    Céline Charron
    Étudiant(e)

    Bonjour,

    A la lecture de ce compte rendu, il semble que Madame A est à la fois en grande souffrance et décidée à faire quelque chose pour aller mieux. La goutte d’eau qui fait déborder le vase et permet peut être enfin de le vider…

    1/ Motif de consultation
    De multiples symptômes de plus en plus envahissants

    2 / Symptômes
    Troubles obsessionnels compulsifs, trouble du sommeil, troubles alimentaires, état dépressif

    3/ Besoins (hypothèses)
    A faire confirmer par un échange préalable afin de ne rien lui imposer, de ne pas plaquer ma propre carte du monde sur elle
    – Se libérer de ses obsessions compulsives
    – De ses compulsions alimentaires
    – Retrouver un sommeil adéquat
    – Sortir de cet état dépressif et retrouver un état qui lui convient
    – Identifier et se libérer de ses angoisses
    – Se libérer de sa culpabilité et des émotions désagréables qui teintent se relation à sa mère
    – Améliorer ses relations familiales

    4/ Hypothèse de diagnostique
    Névrose obsessionnelle

    5/ Traitement
    Psychothérapie, thérapie comportementale, EMDR, Hypnose, EFT

    6/ Questions
    – Que souhaite-t-elle pour elle même (objectif)
    – Comment vit-elle aujourd’hui le décès de son père (émotions)
    – Comment a-t-elle vécu la situation de responsabilité avec ses frères et soeurs
    – Quand ses rituels se déclenchent-ils?
    – Que lui apportent-ils? (bénéfice secondaire)
    – Pourquoi ressent-elle de la culpabilité envers sa mère? A quoi cela la renvoie -t-elle dans son passé?
    – Quelles sont aujourd’hui ses plus grandes peurs

    Belle soirée, journée

    #10723
    Photo du profil de Céline Charron
    Céline Charron
    Étudiant(e)

    Bonjour,

    A la lecture de ce compte rendu, il semble que Madame A est à la fois en grande souffrance et décidée à faire quelque chose pour aller mieux. La goutte d’eau qui fait déborder le vase et permet peut être enfin de le vider…

    1/ Motif de consultation
    De multiples symptômes de plus en plus envahissants

    2 / Symptômes
    Troubles obsessionnels compulsifs, trouble du sommeil, troubles alimentaires, état dépressif

    3/ Besoins (hypothèses)
    A faire confirmer par un échange préalable afin de ne rien lui imposer, de ne pas plaquer ma propre carte du monde sur elle
    – Se libérer de ses obsessions compulsives
    – De ses compulsions alimentaires
    – Retrouver un sommeil adéquat
    – Sortir de cet état dépressif et retrouver un état qui lui convient
    – Identifier et se libérer de ses angoisses
    – Se libérer de sa culpabilité et des émotions désagréables qui teintent se relation à sa mère
    – Améliorer ses relations familiales

    4/ Hypothèse de diagnostique
    Névrose obsessionnelle

    5/ Traitement
    Psychothérapie, thérapie comportementale, EMDR, Hypnose, EFT

    6/ Questions
    – Que souhaite-t-elle pour elle même (objectif)
    – Comment vit-elle aujourd’hui le décès de son père (émotions)
    – Comment a-t-elle vécu la situation de responsabilité avec ses frères et soeurs
    – Quand ses rituels se déclenchent-ils?
    – Que lui apportent-ils? (bénéfice secondaire)
    – Pourquoi ressent-elle de la culpabilité envers sa mère? A quoi cela la renvoie -t-elle dans son passé?
    – Quelles sont aujourd’hui ses plus grandes peurs

    Belle soirée, journée

    #10727
    Photo du profil de Audrey Aymard
    Audrey Aymard
    Équipe Théolis

    Bonjour Céline,

    Bravo pour votre interprétation juste et votre regard bienveillant sur la patiente.

    Bonne continuation dans votre formation.

    Audrey

    #10793
    Photo du profil de riou christine
    riou christine
    Étudiant(e)

    En première lecture il apparait que les symptômes/rituels de Mme A sont survenus au décès de son père alors qu’elle avait 46 ans au vu de son histoire avec ce père « qu’elle avait prévenu… » on peut supposer qu’elle refoule son sentiment de perte restant socialement en adéquation avec ses propos… D’où sa contrarièté d’y associer les symptômes….  Dés lors que ce refoulement devient trop fort de manière inconsciente les mécanismes de refoulement et isolation viennent sous forme de rituels décharger son angoisse en la déplaçant   sur son environnement et en prenant une forme d’une névrose obsessionnelle

    A travers le texte on peut supposer que la personnalité névrotique de Mme A c’est structurée dans l’enfance, à 8 ans au sortir de l’oedipe face à une éducation stricte Mme A à développé un surmoi très fort avec un sens du devoir et peu de place au plaisir … D’ou un rôle adultisé de mère pour ses frères voir meme une parentalisation de sa mère et aussi ce reproche au père de se mettre en danger … Comme une confusion des rôles

    A ce jour la relation fusionnelle et parfois conflictuelle qu’elle a avec sa mère peut signer le refoulement du sentiment d’avoir gachée « ses tendres années » d’ou une relation de conflit qui vient s’opposer à la « parentalisation  » de cette mère qu’elle veut protéger et dont elle ne peut se passer

    La relation avec ses filles interroge… Ses filles ne reproduisent pas son schéma, elle fuient son état… D’ou de nombreuses questions sur la place qu’elle leur a donné, ou si à l’inverse elle mets en place des barrières pour que ses filles n’aient pas à vivre ce qu’elle à vécu?

    Question 1 Au jour de la consultation Mme A arrive en présentant les symptomes d’un épisode dépressif majeur mettant en péril sa vie personnelle, professionnelle et sociale… D’ou perte de repère et grande souffrance

    Question 2

    Symptome de névrose obssessionnelle : Rituels, verifications… Qui deviennent invalidant et qu’elle ne peut réprimer face à l’angoisse

    Symptomes de dépression : Troubles alimentaire et du sommeil, conflit relationnelles et socio professionnel

    Question 3 : Le premier besoin me semble étre canaliser la charge anxieuse afin de diminuer la souffrance et dés lors les symptomes

    Pour MmA  mettre en lien les différents événements de sa vie et en comprendre l’enchainement pourrait l’aider dans ce sens

    Question 4 : Une structure de personnalité construite dans l’enfance avec un surmoi très fort faisant passer le devoir avant les pulsions de plaisir d’où refoulement majoré et multiplication des symptômes névrotiques qu’elle a su contenir , du moins en apparence jusqu’au décès de son père… Face à la perte et angoisse de mort qu’elle ne peut s’autoriser à exprimer « puisqu’elle l’avait prévenu » elle l’a déplacée et isolée sur son environnement …. Tocs, rituels, vérifications

    Question 5 : Diverses questions sur sa vie, son enfance afin qu’elle puisse mettre en liens et en mots les événements qui l’ont structurée…. Qu’elle puisse s’autoriser à être tout en diminuant l’angoisse… les questions ne pourront s’affiner qu’au fur et à mesure en fonction des mécanismes de défence plus ou moins opérationnels

     

     

     

    #10794
    Photo du profil de riou christine
    riou christine
    Étudiant(e)

    Je reviens sur la question 5 ou j’ai oublié de noter bien sur la psychothérapie analytique et ou comportementale, hypnose, EMDR et traitement anxio et anti depresseur si besoin

    #10804
    Photo du profil de Audrey Aymard
    Audrey Aymard
    Équipe Théolis

    Bonsoir Christine,

    Votre analyse est juste et vos propositions d’accompagnement sont très intéressantes.

    Bravo. Belle continuation dans votre formation

    Audrey

    #10907
    Photo du profil de Eliana Hannecart
    Eliana Hannecart
    Étudiant(e)

    · Question 1 : Quel est le motif de consultation de Mme A ?

    Mme A est dans un état de grande souffrance et se sent certainement dépassée et fatiguée par ce qu’elle vit, ce qui la pousse à consulter.

    Depuis le décès de son père elle a acquis un ensemble de rituels invalidants liés à une pensée magique qui l’ont emmené jusqu’à la perte de son travail. Cela a généré des troubles du sommeil et de l’alimentation et des conflits au sein du couple dus aux problèmes économiques y sont liés et avec ses filles.

    · Question 2 : Quels sont les symptômes présentés par Mme A ?

    Besoins incessants de vérifications au sein de sa maison et le lavage de mains intempestif qui sont liés à une pensée magique : le risque d’une angoisse majeure

    Troubles du sommeil

    Comportements boulimiques

    Sentiment de culpabilité

    · Question 3 : Quels sont les besoins de Mme A ?

    Elle a besoin de réduire son angoisse de la mort, de retrouver un état de calme et de bien-être

    Prendre du recul et lâcher prise par rapport à ce « beaucoup trop de responsabilités » qu’elle a mis sur ses épaules depuis l’enfance

    Se libérer des TOCS et prendre conscience que ne pas suivre ces rituels est sans conséquence

    Elle a besoin de se libérer de son sentiment de culpabilité

    Elle a besoin de prendre du recul, de défusionner la relation qu’elle a avec sa mère pour l’alléger et réduire les conflits

    Elle a besoin de sortir de la dépression pour détendre les relations avec ses filles et son époux et pour être en condition de retrouver un travail

    Elle a besoin de retrouver confiance en elle

    · Question 4 : Quelles hypothèses faites-vous sur le diagnostic psychopathologique de Mme A ? Pourquoi ?

    Mme A présente une névrose obsessionnelle vu ses symptômes

    · Question 5 : Que proposez-vous pour accompagner Mme A ?

    Je propose en un premier temps de la psychothérapie clinique pour rechercher les causes de son état, des anxiolytiques et des antidépresseurs pour réduire l’anxiété. Puis la psychothérapie comportementale pour l’aider à modifier certains comportements et en complément l’hypnose, EMDR ou EFT et, si besoin, de nouveaux protocoles expérimentaux

    · Question 6 : Quelles questions seraient intéressantes à poser à Mme A afin de l’aider à cheminer sur son symptôme ?

    En quoi consistait exactement son incapacité à exercer correctement son travail

    En quoi consistent ses TOCS et combien en a-t-elle. Que risque-t-elle si elle les oublis

    Quand est-ce que les TOCS ont lieu, il y a-t-il un moment précis ou bien il y a-t-il quelque chose qui les déclenche

    Combien de réveils nocturnes, est-ce qu’elle rumine et quoi.

    En quoi consistent les comportements boulimiques, quand est-ce qu’ils ont lieu

    Est-ce qu’elle avait déjà eu avant des problèmes de sommeil et de troubles boulimiques

    Est-ce qu’il y a quelque chose qui les réduit ou les calme ou au contraire qui les intensifie

    Ressentis par rapport à la mort de son père, ressent-elle de la culpabilité car l’avait prévu et prévenu

    Comment vit-elle le fait d’avoir perdu son travail ?

    Quelle est son rôle au sein de sa famille (mère, père, frères, enfants, époux)

    Comment a-t-elle vécu son rôle auprès de ses frères ?

    « Trop de responsabilités » à un si jeune âge, que veut-elle dire ?

    Relation avec sa mère, qui a le rôle de l’adulte ? Depuis quand ?

    Comment a-t-elle vécu l’hospitalisation de sa mère à 8 ans ?

    Quel âge avait-elle lors des autres hospitalisations ?

    #10919
    Photo du profil de Audrey Aymard
    Audrey Aymard
    Équipe Théolis

    Bonjour Eliana,

    Je vous félicite sincèrement pour vos propositions et votre diagnostic qui est juste. Vos questions sont également intéressantes. Bravo. Belle continuation dans votre formation.

    Audrey

    #11035
    Photo du profil de Emilie zislin
    Emilie zislin
    Étudiant(e)

     

    QUESTION 1 : Pourquoi Mme A vient à nous :

    Mme A vient en consultation car elle souffre d’une angoisse majeure qui l’a menée à perdre son emploi. Elle est en souffrance et subit cette angoisse au quotidien et continuellement. Son entourage en souffre également. Elle a donc pris la décision de venir consulter.

    QUESTION 2 : Les symptômes présentés par Mme A :

    Mme A m’explique qu’elle souffre d’une grande angoisse qui la pousse à effectuer des actes de vérification de son domicile et de nettoyage répété de ses mains.

    Ne pas réaliser ses actes de vérification l’empêchant purement et simplement de rejoindre sa voiture pour se rendre à son travail, les effectuer est obligatoire mais lui prenne un temps considérable. Ses retards répétés ont mené son employeur à la licencier.

    Mme A éprouve également le besoin impérieux de se laver les mains lorsque celles ci entrent en contact avec une surface qu’elle définit comme sale.

    Suite à sa perte d’emploi, d’autres symptômes sont venus s’ajouter : des troubles du sommeil et des comportements boulimiques correspondant à un syndrome dépressif aigu.

    QUESTION 3 : Les besoins de Mme A :

    Il est important d’apporter à Mme A dans un premier temps une réelle écoute et de l’aider à se sentir en sécurité afin d’apaiser l’angoisse et lui permettre de s’ouvrir au thérapeute. Faire preuve de bienveillance donc, en tout premier lieu.

    L’entourage de Mme A perd patience et ne lui témoigne plus qu’agacement quant à ses troubles.

    Lui permettre de s’exprimer sans jugement pourra déjà faire énormément de bien à Mme A.

    Aider Mme A à mettre des mots sur ce qu’elle vit, notamment ce qu’elle ressent au sujet des actes qu’elle s’oblige à réaliser pour contrer son angoisse, mais aussi l’aider à parler de son enfance, de ce qu’elle a ressenti lorsque sa maman a été hospitalisée, lorsqu’elle a pris la responsabilité de ses frères, ou encore lors du décès de son papa.

    Sa relation à l’événement du décès de son papa devra être amené très doucement et, je pense, abordée en dernier lieu puisqu’elle réfute l’idée d’une corrélation entre ses symptômes et cet événement. Le défi reposera essentiellement sur le fait de montrer à Mme A qu’il lui est accessible de vivre sereinement et de « travailler » son angoisse en parlant de ce qu’elle ressent.

    QUESTION 4 : Les hypothèses de diagnostic :

    Mme A a été mise en interaction avec des facteurs environnementaux de type familial par le biais du décès de son père et de la personnalité dépressive de sa mère, ainsi que de type social par le biais du licenciement dont elle a fait l’objet.

    Le diagnostic que je pose est que Mme A souffre de névrose obsessionnelle et peut être assimilée à une personnalité hystérique.

    Sur la névrose obsessionnelle : Mme A refoule l’angoisse générée par la mort (en l’occurrence celle de son père a été un événement déclencheur, il y a 12 ans).

    Sa manière de gérer cette angoisse passe par l’utilisation de deux mécanismes de défense à savoir l’isolation et le déplacement. En vérifiant systématiquement son domicile, elle se persuade qu’elle contrôle son angoisse, à savoir la mort et son arrivée. Mme A souffre de ce qu’on appelle les Troubles Obsessionnels Compulsifs. Rien ni personne ne peut la détourner de son besoin de réaliser ses vérifications et ses lavements de mains, car en dépend le contrôle de son angoisse majeure. Il s’agit d’un besoin vital, la rendant obstinément efficace et redoutable.

    Sur la personnalité hystérique : Mme A convertit sur son corps l’expression de sa souffrance psychique. A savoir, qu’elle entretient un rapport houleux avec son alimentation, au point d’en être devenue boulimique. Son conflit psychique de refoulement de son angoisse de la mort, en réfutant même de manière consciente la corrélation entre ses troubles obsessionnels et le décès de son père (bien qu’évident en terme chronologique), a entraîné Mme A dans une conversion organique somatique: troubles du comportement alimentaire.

    Enfin, le syndrome dépressif aigu dont Mme A souffre n’est pas à minimiser car il tend la patiente à se construire autour de son angoisse et à l’isoler du reste. De plus, la dépression dont souffre Mme A l’empêche de bénéficier d’un sommeil correct et donc réparateur ce qui peut sensiblement accentuer ses symptômes.

    QUESTION 5 : L’accompagnement de Mme A :

    Afin d’aider Mme A à se soigner, il serait préférable de lui prescrire un traitement médicamenteux. L’objectif serait de lui donner l’impulsion de sortir de sa torpeur en dormant mieux. Je pense donc à des somnifères. Des antidépresseurs pourraient également lui être utiles.

    L’idée est de simplement lui donner du souffle, de la latitude pour le travail qu’elle va faire sur elle même avec l’aide de son thérapeute.

    Comme traitement de fond, je pense donc à une psychothérapie clinique sur le long cours, autant qu’elle sentira qu’elle en a besoin pour l’aider à prendre soin d’elle, elle même. Je pense que le patient a à faire la plus grosse partie du chemin de la guérison.

    L’hypnose pourrait être un formidable vecteur de transformation pour Mme A car s’adressant à l’inconscient. En effet, Mme A est dans le contrôle, si bien que pour réussir à l’atteindre, il serait bon de coupler la douceur et la bienveillance du thérapeute avec la communication que l’hypnothérapeute pourra mettre en place avec son inconscient.

    Il y aura double transmission du message, cela peut être très efficace.

    Il est primordial que Mme A se laisser le droit de parler de sa relation avec sa mère alors qu’elle était enfant, mais également de sa relation actuelle. Qu’elle se laisse également le droit de parler du décès de son père et de ce que cela génère en elle en termes d’émotion, en mettant les mots. Car jusque là elle a plutôt subit les effets de ces événements en se rendant esclave de ses troubles obsessionnels. Ils ne sont que les maux qu’elle n’a pu mettre sur ses mots.

    Son corps et son psyché lui parlent, et avec l’aide qu’elle peut recevoir, elle sera en mesure petit à petit de s’ouvrir à elle même.

    La loyauté familiale peut être redoutable pour tout un chacun, mais il est nécessaire de penser à soi. Cela ne reviendra pas pour Mme A à n’éprouver plus aucun amour ni aucune gratitude envers ses parents. Mais au contraire, à les regarder comme des êtres humains avec leurs failles et leurs qualités.

    Regarder en face et sans jugement son histoire et chacune des potentielles cicatrices qu’elle dénombre sur elle même sera le défi de sa psychothérapie. C’est ainsi qu’elle pourra aller de l’avant.

    Enfin, dans le cadre de l’accompagnement de Mme A, je trouve primordial de l’aider à laisser s’exprimer ses émotions, lui donner les clés lui permettant de mettre les mots sur ce qu’elle a éprouvé, et ce qu’elle éprouve actuellement.

    Pour finir, l’enjeu de l’accompagnement sera de lui montrer que rien n’est joué et qui si, et seulement si, elle le souhaite Mme A a la possibilité de guérir de son angoisse, de faire la paix avec son passé, et d’avancer sur le chemin qu’elle et elle seule aura choisi.

    QUESTION 6 : Les questions à poser à Mme A :

    Concernant son père : Où étiez-vous lorsque vous avez appris le décès de votre père ? Qu’avez-vous ressenti ? Comment s’est passé votre deuil, à qui avez-vous pu en parler et l’avez vous fait ?

    Que vous inspire de penser à votre père ? Pouvez-vous me donner les 3 mots qui vous viennent à l’esprit lorsque je vous dis le mot « père » ?

    Concernant sa mère : Comment s’est passée votre enfance d’après votre point de vue ? Pouvez-vous me donner 5 mots pour la résumer ? A quelle fréquence avez-vous eu contact avec votre mère lors de son hospitalisation ? Que vous a-t-on expliqué au sujet de l’état de votre mère à l’époque ? Vous a-t-on dit la vérité ? Lorsque vous voyez votre mère désormais, que ressentez-vous ? Vous diriez que vous vous occupez d’elle pour quelle(s) raison(s) ?

    Concernant ses troubles obsessionnels compulsifs : Que ressentez vous lorsque vous vous lavez les mains ? Quelles sont les phrases qui animent vos actes de vérification ? Que pensez-vous de la mort, donnez moi 3 idées si possible ?

    Concernant sa relation avec ses filles : Comment vous décrieriez vous en tant que maman ? Donnez moi 3 qualificatifs si possible ? Décrivez moi ce qu’est une mère d’après vous ? Que feriez-vous différemment ? (avec cette question, je souhaite montrer à Mme A qu’elle peut changer d’attitude lorsqu’elle le souhaite, que rien n’est joué d’avance avec ses propres enfants, qu’elle est maître de ses actes et peut tout à fait prendre le contrôle de sa vie, ne plus subir).

    Bon après-midi à tous 🙂 et bon courage en ces temps quelque peu compliqués

    Emilie

    #11048
    Photo du profil de Audrey Aymard
    Audrey Aymard
    Équipe Théolis

    Bonsoir Emilie,

    Je vous félicite vraiment très sincèrement pour la richesse de votre analyse aussi précise que bienveillante. Vous abordez cette étude de cas sous tous les angles avec un regard très professionnel.

    Je vous souhaite une belle continuation dans votre formation.

    Bon courage également pour cette période compliquée pour tous

    Bonne soirée

    Audrey

     

    #11060
    Photo du profil de marie balvet
    marie balvet
    Étudiant(e)

    Bonjour,

    1) Madame A est en grande souffrance liée à des symptômes devenus très invalidants dans son quotidien et remettant en question celui-ci au point de subir la  perte de son emploi et celle de l’harmonie de ses relations intra-familiales. Elle vient en consultation pour trouver une écoute, de l’aide, c’est à dire partager ce qu’elle vit au plus près et tenter de résoudre ses difficultés.

    2) Les symptômes:

    Des obsessions: contrôles et vérifications systématiques (rites obsessionnels et pensée magique qui conjurent le sort)

    Des rituels: lavage des mains

    De la dépression: Boulimie, troubles du sommeil, ruminations mentales

    3)Madame A nécessite une prise en charge thérapeutique qui allie:

    -une psychothérapie avec alliance thérapeutique

    -des traitements médicamenteux (antidépresseurs et anxiolytiques)

    -éventuellement EFT.

    4)Hypothèse diagnostique:

    Madame A semble souffrir d’une névrose obsessionnelle avec la pensée magique comme moyen de défense et des compulsions alimentaires. Ce qui lui donne l’illusion de contrer ses angoisses  et de les déplacer.

    Le caractère obsessionnel et compulsif de ses actes nous amène à penser qu’elle souhaite ainsi contrôler ses émotions afin qu’elles ne la débordent pas . S’en suit une dépressivité importante tant Madame A s’est ,par cette forme de névrose, éloignée de ses émotions et de son réel ressenti.

    5) Proposition d’accompagnement:

    Une psychothérapie serait bienvenue  qui permettrait de revenir sur la recherche des causes de l’apparition des TOC: le décès de son père qui a pu faire apparaitre une culpabilité à son endroit insoutenable pour elle et qu’elle a peut être déplacée (toc).

    Lui en a t-elle beaucoup voulu?

    A articuler avec le rapport qu’elle a entretenu avec sa mère dès 8 ans (âge de raison), ou les rôles de parentalités se sont inversés suite à la dépression de sa mère.

    Que sait Madame A de cette dépression?suite à quel évènement particulier?

    Quelle mission continue t-elle de mener dans la fusion qu’elle entretient encore aujourd’hui avec elle?

     

    Amener Madame A à décrire son angoisse de manière très précise afin qu’elle puisse petit à petit éprouver face au thérapeute ses sensations corporelles et y associer un certain nombre de comportements .

    6)Questions:

    Pour vous, qu’est ce que c’est « dépression », angoisse, tristesse? Qu’est ce que cela vous empêche de faire , vous force à faire que vous ne voudriez pas faire?

    Questions qui ramènent précisément aux circonstances en décrivant ses difficultés comme un état des lieux en première intention

    Questions qui permettent la description très fine de son angoisse et qui  prepareront la réponse à la question d’objectifs pour Madame A et  peut aussi l’amener à rechercher la part négative de sa motivation en faisant apparaitre  ce qu’elle met en place pour échapper au problème ou tenter de le résoudre.

     

     

     

     

    #11083
    Photo du profil de Audrey Aymard
    Audrey Aymard
    Équipe Théolis

    Bonjour Marie,

    Félicitation pour votre analyse qui est tout à fait juste. Vos propositions thérapeutiques sont adaptées, bravo.

    Bon week end

    Audrey

    #11888
    Photo du profil de
    Anonyme

    Bonjour Audrey,

    Étude de cas n°1

    Première impression
    Mme A a un besoin pressant d’être accompagnée. Elle est en grande détresse, très seule face à ses symptômes qui augmentent certainement son angoisse présente depuis l’enfance. Elle est dans une espèce de spirale ascendante (perte d’emploi et de salaire, détérioration importante des relations familiales) contre laquelle elle n’est pas en moyen de lutter seule. Sa démarche vers un thérapeute prouve à la fois qu’elle a bien conscience de ses symptômes et qu’elle a besoin d’aide.

    Question 1 : Quel est le motif de consultation de Mme A ?
    Incapacité à effectuer correctement son travail / pertes d’emploi

    Question 2 : Quels sont les symptômes présentés par Mme A
    Troubles du sommeil
    Troubles de l’alimentation
    Troubles obsessionnels compulsifs

    Question 3 : Quels sont les besoins de Mme A ?

    Pacifier ses relations familiales avec son mari et ses filles

    Diminuer son niveau d’angoisse

    Comprendre la source de cette névrose obsessionnelle

    Mettre en place des moyens pour enrayer les comportements compulsifs

    Question 4 : Quelles hypothèses faites-vous sur le diagnostic psychopathologique de Mme A ? Pourquoi ?

    Mme A est en proie à une névrose obsessionnelle dont les TOC servent de révélateurs. Ces troubles obsessionnels compulsifs sont répétitifs, ils empêchent Mme A d’avoir une vie sociale, familiale et professionnelle et leur présence à l’excès permet de mesurer l’importance de l’angoisse de mort chez Mme A.

    Question 5 : Que proposez-vous pour accompagner Mme A ?

    Je proposerai une prise en charge à deux niveaux :

    Un accompagnement thérapeutique permettant à Mme A de travailler sur :

    o Son histoire infantile, le poids des responsabilités alors qu’elle était enfant, son éducation qu’elle qualifie de stricte.

    o L’association entre l’apparition de ces symptômes et la mort de son père et son sentiment de colère qu’elle ressent.

    o Les sentiments contradictoires vis-à-vis de sa mère

    o Le schéma relationnel (mère-fille) qui se répète avec ses filles (à confirmer selon l’avancée du travail lors des séances, âge des filles…)

    Une orientation vers un thérapeute spécialisé en TCC, hypnose, EMDR ou EFT

    L’association des deux approches : recherche de la cause et modification du comportement peut être un parcours thérapeutique efficace.

    Je prendrai soin aussi de savoir si elle a déjà un traitement médicamenteux et si oui, savoir si elle a informé son médecin de sa démarche thérapeutique et selon l’importance et/ou l’évolution de ses symptômes de consulter son médecin généraliste (ou un psychiatre ?).

    Question 6 : Quelles questions seraient intéressantes à poser à Mme A afin de l’aider à cheminer sur son symptôme ?

    • Est-ce qu’il y a un autre élément, en dehors de votre perte d’emploi qui vous a motivé à consulter maintenant, alors que les symptômes sont présents depuis 12 ans ?
    • Quelles étaient vos relations avec votre père ? Lorsque vous étiez petite fille, et plus tard à l’âge adulte ?
    • De quel ordre étaient les relations de vos parents lorsque vous étiez enfant ?
    • Quelle a été la raison médicale du décès de votre père ? (je me doute que c’est un cancer, mais je préfère engager la parole de Mme A, sur ce sujet).
    • Pourriez-vous donner des éléments explicatifs de votre colère (encore très vivace) à l’encontre de votre père ?
    • Pouvez-vous décrire les épisodes dépressifs de votre mère ?
    • Connaissez-vous le diagnostic qui a été fait pour votre mère ?
    • Vous avez deux frères, quelle relation avez-vous aujourd’hui avec eux ?
    • Quelle place ont-ils actuellement dans la prise en charge de votre mère ?Je pense que cela est suffisant pour un premier entretien. Pour moi, il s’agit déjà d’établir un début de relation de confiance, de montrer à Mme A qu’elle est écoutée et que son angoisse est « accueillie ». Ces premières questions sont déjà des sujets à réflexion pour Mme A. Les réponses aux questions me permettront de préparer une anamnèse plus complète pour le second entretien.

      Merci d’avance pour votre retour.

    #11919
    Photo du profil de Audrey Aymard
    Audrey Aymard
    Équipe Théolis

    Bonjour Françoise,

    Toutes mes félicitations pour votre analyse très juste et bien détaillée. Les propositions thérapeutiques sont intéressantes car elles ciblent aussi bien la problématique que le symptôme de la patiente.

    Bravo

    Belle continuation dans votre formation

    Audrey

     

    #11972
    Photo du profil de VIRGINIE VITON
    VIRGINIE VITON
    Étudiant(e)

    1ère impression : Je repère plusieurs problématiques :

    Un trouble obsessionnel

    Un deuil

    Une enfance stricte

    Elle a du remplacer sa mère pour s’occuper de ses frères et sœurs

    Sa mère était dépressive pendant l’enfance

    Relations tendues avec ses filles

    Elle s’occupe seule de sa mère : relation fusionnelle

    1. MOTIF : je ne vois pas exactement la différence entre motif et symptôme : le motif c’est la souffrance et l’envie que cela s’arrête ?

    2. SYMPTOMES : Troubles du sommeil et de l’alimentation et conflit au sein de son couple

    3. Régler son trouble obsessionnel qui a causé sa perte d’emploi et qui crée conflit avec son mari, son enfant et qui la fait souffrir.

    4. Pour moi il s’agit d’une névrose obsessionnelle : obsessions, actes compulsifs, rituels. Elle a déplacé l’angoisse de mort de son père. Elle est dans le doute perpétuel.

    Il est associé un trouble alimentaire avec comportement boulimiques

    5. Je propose psychothérapie clinique pour qu’elle reparle de son enfance, du décès de son père… On peut y associer de l’hypnose. Je lui conseillerai d’aller voir un médecin pour avoir la prescription d’anxiolytiques et si nécessaire d’antidépresseurs.

    6. Qu’auriez-vous faire de plus pour aider votre père ? Que ressentiez-vous lorsque vous le voyiez fumer autant ? Que votre père répondait-il lorsque vous lui faisiez « la guerre » comme vous dites ?

    Que ressentiez-vous lorsque vous deviez vous occuper de votre frère et votre sœur, envers votre mère et votre père ? Qu’est ce qui devait se passer à la place d’après-vous ? Qu’est ce que cela aurait changé à votre vie actuelle ?

    Maintenant, que ressentez-vous envers votre maman ? Quelles émotions éprouvez-vous lorsque vous lui rendez visite ?

    Par rapport à la relation avec vos enfants, comment est cette relation et comment aimeriez-vous qu’elle soit ?

    Si vous ne faites plus ces vérifications au sein de la maison que pourrait-il se passer ? Si vous ne vous lavez pas les mains si souvent, que pourrait-il se passer ?

15 sujets de 31 à 45 (sur un total de 178)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

logo estompé pour certificats 3

Une formation offerte !

Saviez-vous qu'en vous inscrivant gratuitement sur le site, une formation vous est offerte ?

En accès illimité !

les formateurs
J'en profite
Fondamentaux accompagnement gratuite

Théolis Formations : ©2016®