Théolis Formations
15 sujets de 196 à 210 (sur un total de 238)
  • Auteur
    Réponses
  • #16460
    Photo du profil de Audrey Aymard
    Audrey Aymard
    Équipe Théolis

    Bonjour Sandrine,

    Votre analyse est juste et vos propositions thérapeutiques adaptées aux besoins de la patiente. Les connotations métaphoriques sous forme de jeux de mots sur les symptômes de la patiente sont assez chouettes.

    Je vous souhaite une belle soirée

    Audrey

    #16477
    Photo du profil de emma lampin
    emma lampin
    Étudiant(e)

    Bonjour,

    En consultant un thérapeute, Madama A a trouvé le courage de demander de l’aide, je féliciterai tout d’abord cette démarche qui ne doit pas être simple dans un premier temps. Madame A doit se trouver dans une grande souffrance dépressive avec surement un sentiment d’impuissance.

    1/ motifs : Madame A consulte pour ces troubles du comportement de névroses obsessionnelles : ses TOC de vérifications et de lavage de mains et pour son état dépressif : perte de sommeil, et troubles alimentaires de boulimie qui lui ont fait perdre son travail et mettent en danger la relation dans son couple et avec ces enfants.

    2/ Symptômes : Madame A souffre d’obsessions, d’actes compulsifs et de pensée magique, et d’angoisses profondes qui provoquent des pulsions de contrôle déplacées sur l’alimentation et les objets..

    3/ Besoins : Madame A a besoin de se rendre compte de tout le chemin accompli pour regagner confiance en elle (estime de soi et reconnaissance) elle pourrait prendre conscience que les responsabilités et les tâches « réelles » qu’elle a due accomplir à partir de 8 ans ( s’occuper de sa fratrie) sont déjà énormes pour une enfant .. lui souligner la valeur de ces capacités qui lui ont permises de surmonter ces événements ( deuil de son père et hospitalisation de sa mère)

    Madame A a besoin d’être rassurée et de pouvoir se libérer des poids qu’elle a du porter seule pendant toutes ses années ( perte de soutien de son mari et de ces enfants)  de conscientiser également que ce n’était pas son rôle (enfant) et qu’elle a pu le vivre comme une injustice …colère / frustration / .. tristesse ..

    4/ Hypothèses / diagnostique : Le fait d’avoir palié au « manque de mère » à partir de 8 ans l’a mise dans une situation injuste ( car cela l’a privé de son enfance à contrario de sa fratrie et ingérable avec trop de responsabilités) d’autant plus qu’elle attendait le soutien de son père et / ou la reconnaissance de sa mère .. un manque affectif qui a du créer une faille d’ego et perte d’estime de soi – Elle a compensé ce manque affectif en développant la boulimie pour contrôler son angoisse d’abandon.

    Sa personnalité s’en est trouvée modifiée ainsi que sa relation à l’autre …

    La perte de son père a créée une angoisse de mort qu’elle tente de maitriser / contrôler par le biais de ses troubles obsessionnels compulsifs et pensées magiques. D’autant plus qu’elle avait anticipé et c’était préparé à sa mort mais n’a pu l’éviter et le maitriser.. donc un sentiment d’impuissance, et de se retrouver encore une fois seule à tout gérer. (abandon)

    Sa relation fusionnelle avec sa mère est à la fois marquée par le fait qu’elle a peur qu’elle ne l’abandonne encore une fois (angoisses) et s’occupe d’elle pour ne pas qu’elle ne « disparaisse » et à la fois lui en veux de ne pas avoir était là pour elle enfant quand elle avait besoin d’une mère. Les rôles sont inversés, Madame A est le parent de ses parents, comment est elle avec ces propres enfants ?

    5/ Soins : Madame A varie entre manique et dépression .. Lui conseiller un travail en psychothérapie et des anxiolytiques / antidépresseurs dans un premier temps, accompagné de sessions de thérapies hypnose, emdr, eft si elle est ok.

    6 / Questions à poser : Depuis quand a t elle développé le trouble alimentaire boulimie ? et toc ? y a t il eu un évènement déclencheur ? ( naissance de ces enfants ? ) Quelle posture adopte t elle en présence de ces enfants ? va telle reproduire le même shéma (hospitalisation dépressive ) comme sa mère pour ses enfants ? joue t elle un rôle d’enfant et non de mère ? idem vis à vis de son mari ? (reprendre la bonne place adulte) et dans ces relations se plaint elle souvent ? Qu’attend elle de sa mère ? (reconnaissance ? colère ?) Culpabilise t elle de la mort de son père ? ( lui montrer que c’était son choix- la dé-responsabiliser) Pourquoi prends elle autant de responsabilités sur elle ? (besoin d’être aimé?)  …

    Merci à vous

    Emma

    #16488
    Photo du profil de Audrey Aymard
    Audrey Aymard
    Équipe Théolis

    Bonjour Emma,

    Votre analyse est juste et vos propositions de soins adaptées aux besoins de la patiente. Il ressort beaucoup de bienveillance dans votre analyse. C’est très appréciable. Je vous souhaite une belle journée.

    Audrey

    #16497
    Photo du profil de Jessica GAUTREAU
    Jessica GAUTREAU
    Étudiant(e)

    Ma première impression est que la patiente est consciente de son état et l’impact que cette maladie à sur son travail, sa vie personnelle et familiale. Et bien sur qu’elle a envie de retrouver une vie correct et sereine avec son mari et ses enfants.

    Question 1 : Quel est le motif de consultation de Mme A ?

    Suite au décès de son père elle a commencé à avoir des TOC et est tombé dans à un état dépressif majeur qui a engendré une perte de son emploi et une dégradation des relations familiales.

    Question 2 : Quels sont les symptômes présentés par Mme A ?

    Symptômes : névrose obsessionnelle compulsifs, angoisse et doutes perpétuels Elle souffre d’une dépression majeure avec troubles du sommeil et de l’alimentation (boulimie), rituels et TOC divers obsessionnels l’invalidant dans sa vie quotidienne.

    Question 3 : Quels sont les besoins de Mme A ?

    Les besoins de Mme A peuvent être : avoir moins peur de la mort dû au décès de son père, ne plus avoir besoin de ses rituels, retrouver sa joie de vivre en sortant de la dépression, améliorer ses relations avec sa famille. Se retrouver et retrouver sa vie de famille.

    Question 4 : Quelles hypothèses faites-vous sur le diagnostic psychopathologique de Mme A ? Pourquoi ?

    Hypothèse concernant le diagnostic psychopathologique : névrose obsessionnelle compulsive appelé aussi TOC

    Question 5 : Que proposez-vous pour accompagner Mme A ?

    Pour accompagner la patiente je propose une psychothérapie clinique (recherche de la cause des rituels), comportementale (modification du comportement), hypnose, EMDR, EFT, anxiolytiques, antidépresseurs ou nouveaux protocoles expérimentaux (sismothérapie). Je lui proposerais aussi un accompagnement thérapeutique pour la famille afin que les enfants retrouvent leur maman et le mari sa femme. Les inclure dans ce processus de guérison afin qu’ils puissent eux aussi aider leur proche pour qu’ils n’ont pas ce sentiment d’impuissance.

    Question 6 : Quelles questions seraient intéressantes à poser à Mme A afin de l’aider à cheminer sur son symptôme ?

    -Quelle est sa plus grande peur ?

    Dites moi plus de détails concernant vos rituels.

    -Comment pourrait-elle faire diminuer voir cesser ces rituels et sa dépression ?

    -Quelles ressources a-t-elle en elle et comment pourrait-elle les utiliser ?

    Que pense-t-elle de la mort et comment la voit-elle ?

    -Qu’elle était son sentiment quand son papa est décédé ?

    Que ressent-elle quand elle a accomplit ses rituels ? Que lui apportent-ils ? Que se passerait-il si elle ne les accomplit pas ?

    Que lui apporte-t-il de s’occuper de sa maman ? Quelle relation avait-elle avec son papa ? Comment perçoit- elle sa relation fusionnelle avec sa mère ?

    Quelle relation aimerait-elle avoir avec ses enfants ? Et avec son mari ?

    Quelle sentiment a-telle ressenti lors de la dépression et l’hospitalisation de sa maman ?

    Pense-t-elle avoir pour mission de s’occuper de sa maman ?

    -Quelle relation a-t-elle avec ses frères ?

    -Comment se sentait-elle quand elle devait s’occuper de ses frères quand elle avait 8 ans ?

    -Se sent-elle coupable de quelque chose ?

    -Quelle est la première chose qu’elle aimerait travailler sur elle ?

    #16502
    Photo du profil de Audrey Aymard
    Audrey Aymard
    Équipe Théolis

    Bonjour Jessica,

    Votre diagnostic est juste et vos propositions thérapeutiques adaptées à la problématique de la patiente. Je vous félicite et vous souhaite une belle soirée.

    Audrey

    #16548
    Photo du profil de Emy Husson
    Emy Husson
    Étudiant(e)

    Impressions : Mme A a perdu le contrôle de sa vie, en tentant de compenser son angoisse par des rituels rassurants mais finalement destructeurs, cela a fini par la dépasser, et sa vie professionnelle et familiale sont impactées, elle est désemparée et a besoin de (re)prendre une place saine dans ses relations.

    Q1 : Mme A consulte car elle souffre de TOC depuis 12 ans, des troubles dépressifs, du sommeil et de l’alimentation ainsi que des problèmes de couple.

    Q2 : Les symptômes sont des rituels de vérification pour diminuer son angoisse, des lavages de mains intempestifs et des comportements boulimiques.

    Q3 : Mme A a besoin de se libérer des TOC dont elle souffre afin de pouvoir exercer correctement un travail et y être ponctuelle, mieux dormir et manger de façon plus saine, et retrouver l’harmonie dans ses relations familiales.

    Q4 : Mme A souffre de Névrose Obsessionnelle car les symptômes sont devenus invalidants au quotidien et ont commencé lorsque l’angoisse de mort s’est manifestée il y a 12 ans, au décès de son père.

    Q5 : Je commencerai par une anamnèse basée sur la psychogénéalogie puisque sa mère souffrait elle-même de dépression et que des conflits apparaissent aussi avec ses deux filles. Je proposerai ensuite différents protocoles d’EFT pour apaiser le sentiment de culpabilité liée à la perte de l’emploi, pour diminuer l’angoisse déclenchée au décès de son père et pour traiter la période de l’enfance, où elle a dû affronter la peur de la perte de sa mère et assumer seule des responsabilités qui n’étaient pas les siennes. 

    Q6 : Je lui demanderai :

    Quelle était l’implication du père lorsqu’elle avait 8 ans et que la mère était hospitalisée ?

    Quels étaient les motifs (si celle les connaît) de la dépression de sa mère et est-ce qu’elle va mieux ?

    A-t-elle d’autres rituels ? Lesquels et quand ?

    Est-ce que le père de ses filles était investi dans leur petite enfance ou Mme A s’est-elle à nouveau retrouver à assumer seule deux jeunes enfants ?

    N’y a-t-il pas une colère refoulée contre sa mère qui a été absente du fait de l’hospitalisation ?

    #16560
    Photo du profil de Audrey Aymard
    Audrey Aymard
    Équipe Théolis

    Bonjour Emy,

    Votre diagnostic est juste et vos propositions thérapeutiques adaptées à la problématique de la patiente. Je vous souhaite une bonne continuation dans votre formation et une belle année 2023.

    Audrey

    #16565
    Photo du profil de Emy Husson
    Emy Husson
    Étudiant(e)

    Bonjour Audrey,

    Meilleurs voeux également, merci pour votre retour, je vous envoie mes réponses à l’étude de cas N° 2 prochainement .

    Emy.

    #16670
    Photo du profil de Manon Huchedé
    Manon Huchedé
    Étudiant(e)

    Réponse à l’étude de cas n°1

    1)   Quel est le motif de consultation de Mme A ?

    Mme A vient en en consultation pour causes de symptômes devenus invalidants dont les conséquences s’accumulent et se répercutent au niveau de plusieurs aspects de la vie de Mme : professionnel, personnel, familiale.

    2)   Quels sont les symptômes présentés par Mme A ?

    Les Symptômes décrient par Mme A se traduisent par un syndrome dépressif entrainant des troubles du sommeil et de l’alimentation (comportements boulimiques)

    3)   Quels sont les besoins de Mme A ?

    Mme A éprouve des besoins incessants de contrôle et de vérifications des actes de la vie quotidienne au sein de son foyer ainsi qu’un lavage excessif de ses mains.

    4)   Quelles hypothèses faites vous sur le diagnostic psychopathologique de Mme A ? Pourquoi ?

    Mme A présente un état dépressif associé à des névroses obsessionnelles. Il semblerait que Mme A est vécue au sein d’une cellules familiale insécure avec des figures d’attachements défaillantes. Entre un père de famille se trouvant dans un schéma d’autodestruction et une maman dont la santé mentale était absente, Mme A fût dès son plus jeune âge l’éponge émotionnelle des états de santé déplorable de ses parents. Ainsi, le poids de cette charge émotionnelle bien trop pesante pour une fillette, trouve son exutoire à l’âge adulte par le biais d’un fort besoin d’être contrôlante tant le traumatisme d’enfance qui fût intériorisé était une situation qui malgré elle lui a échappé. Par ailleurs, les lourdes responsabilités qui ont été confié à Mme A alors qu’elle n’était qu’une enfant, ne possédant ni la maturité, ni les ressources, ni les moyens de faire face à ce type de situation, l’ont obligé à se sur-adapatée afin d’assurer sa survie et celle de ses frères et sœurs. Cette sur-adapatation se traduit à l’âge adulte par un état d’épuisement psychique. Mme A se dit avoir été préparée à la mort de son père étant consciente des substances toxiques qu’il ingéraient. Mme A semble être dans un déni de réalité et dans le refoulement de ses angoisses. Ce qui lui a été insupportable à l’époque trouve le moyen de se manifester à travers des comportements ou le contrôle est possible et l’objet associé à ses angoisses acceptables, d’où le processus de névroses obsessionnelles qu’elle connait aujourd’hui. Il en est de même concernant son comportement boulimique, avoir un contrôle sur son corps lui permet d’avoir une prise sur la situation ce qui empêche l’effondrement immédiat, même si elle s’entretient dans un schéma d’auto-destruction comme son papa, symboliquement on peut aussi penser qu’elle n’a pas « digérer » ce qui lui est arrivé. En outre, elle entretient une relation dite « tendues » avec ses propres enfants comme si Mme A était dans un schéma de répétition. Elle reproduit une relation défaillante avec ses enfants inconsciemment comme pour les maintenir à distances d’une croyance qu’elle serait, comme sa propre mère, une mère défaillante. A contrario, sa relation dite fusionnelle qu’elle entretien aujourd’hui avec sa propre mère est une façon de réparer la relation insécure qu’elle a connu avec celle-ci et qui lui a tant manqué.

    1)   Que proposez-vous pour accompagner Mme A ?

    Je proposerai à Mme A une psychothérapie comportementale afin de l’aider à modifier ses comportements de contrôle obsessionnel. Enfin, la psychothérapie lui permettrait de remonter le fil conducteur de son histoire en cherchant où sont les « mauvais circuits », ce qui a été court-circuiter. Le but est de mettre à disposition les moyens thérapeutiques adapté à sa personnalité et aux ressources de Mme afin qu’elle puisse se libérer des blessures émotionnelles qui conditionnes son schéma de vie actuelle.

    2)     Les questions intéressantes à poser à Mme A :

             Pouvez-vous me décrire ce que vous ressentez à l’instant T ?

             – Quelles souvenirs (joyeux ou non) gardez-vous de votre enfance ? Pouvez-vous me décrire les sensations corporelles ressentis lorsque vous revisualiser ces images ?

             – Quel genre de petite fille étiez-vous ?

            –  Quelle image avez-vous de vos parents actuellement ? Et de vous-même ?

             – Si je vous prête mon stylo, auriez-vous envie de vous laver les mains ? Et que se passe-t-il si vous ne pouvez pas le faire ? Qu’est ce que cela génère en vous ?

             – Selon vous, qu’est-ce qu’un enfant traumatisé ?

            –  Qu’est ce qui vous effraie au plus haut point aujourd’hui ?

    #16861
    Photo du profil de Emeline
    Emeline
    Étudiant(e)

    Bonjour,

    1) Mme A est en souffrance et semble un peu perdue elle a besoin d’aide

    2) Mme A présente des troubles obsessionnels compulsifs, des trouble du comportement alimentaire (boulimie), des troubles du sommeil et un état dépressif ayant été aggravés avec les années.

    3) Mme A a besoin de parler avec un professionnel de ses traumatismes : la perte de son père car bien qu’elle pense s’y être préparé cela reste un traumatisme de perdre un proche, nous pouvons y ajouter : son rôle au sein de sa fratrie et son besoin de protéger sa mère.

    4) au vu de ses symptômes je pense qu’elle souffre d’une névrose obsessionnelle

    5) pour accompagner Mme A je propose une psychothérapie accompagné d’anxiolytiques et d’anti dépresseurs ainsi que quelques séances d’hypnose, D’emdr ou d’eft.

    6) je lui poserai différentes questions :

    comment est sa relation avec ses frères à l’heure actuelle ?

    comment se sentait la petite fille de 8 ans qui a dû prendre des responsabilités ?

    Votre emploi vous plaisait il ?

    quels sont les vérifications qu’elle se sent obligé de faire avant de quitter la maison ? Ont elle un lien avec un traumatisme passé?

    votre maternité vous rappelle t’elle votre rôle auprès de vos frères ?

    comment a t’elle vécu toutes ces situations ? Comment vit t’elle la situation actuelle au sein de son foyer?

     

     

    #16865
    Photo du profil de Audrey Aymard
    Audrey Aymard
    Équipe Théolis

    Bonjour Emeline,

    Votre diagnostic est juste et vos propositions d’accompagnement adaptées aux besoins de la patiente. Je vous félicite et vous souhaite une belle continuation dans votre formation.

    Audrey

    #16927
    Photo du profil de Cathy Kaya
    Cathy Kaya
    Étudiant(e)

    Bonjour,

    Dans le cas de Mme A, je détecte une grande souffrance émotionnelle notamment. Une détresse face à une situation incontrôlable, invalidante et préjudiciable et déjà pénalisantes sur de nombreux plans (social, familial, psychologique…). Elle qui tente de tout contrôler, est incapable de contrôler ses pulsions. D’où une sensation d’échec exacerbée et sa grande souffrance, la sensation que sa vie lui échappe.

    Ses symptômes sont multiples : des symptômes compulsionnels avec des TOC (lavages de mains, rituels avant de partir au travail sous peine d’angoisses..), des troubles du comportement alimentaire (épisodes de boulimie), et syndrome dépressif ++

    Elle a un besoin profond de réassurance, de retrouver la maîtrise de son temps et de ses émotions. Elle a besoin de rétablir une vie sociale et familiale « normale », équilibrée et stable, de retrouver la confiance et l’estime de son mari et de ses enfants. Il s’agit là de ses besoins « avoués », conscients. A cela s’ajoutent ses besoins plus profonds et non conscients : accepter la mort de son père, besoin d’un travail sur une profonde angoisse de séparation et de mort liée au traumatisme de l’enfance (épisode d’hospitalisation de sa mère, angoisse d’abandon).

    Les hypothèses pouvant être faites sur le diagnostic de Mme A sont les suivantes :

    On se trouve typiquement dans le schéma d’une personnalité obsessionnelle compulsive (névrose obsessionnelle). Son besoin de contrôle traduit une angoisse de la mort compensé par le mécanisme de défense d’isolation et déplacement, caractérisé par des TOC invalidants. Le fait que ces TOC soient survenus après la mort de son père est significatif. A ces TOC s’associe un état limite avec les troubles du comportement alimentaire (boulimie). Même si les TCA apparaissent généralement à la puberté, ils sont révélateurs d’une problématique de séparation. ce qui semble être une problématique majeure chez Mme A. Ces symptômes font suite à une histoire familiale chargée puis la perte de son travail (Séparation) et la peur que son mari ne la quitte suite à ses différents problèmes. Plus elle perd le contrôle, plus elle met en place des mécanismes de défense basés sur le contrôle.

    On pourrait s’interroger également sur la manifestation d’un état de stress post-traumatique, survenant après les expériences angoissantes avec ses parents (hospitalisation de la mère avec la peur de la perdre, puis solitude et grande responsabilité car prise en charge des ses freres alors qu’elle n’est qu’une enfant, puis decès du père, avec sentiment de culpabilité refoulé car elle n’a pas réussi à le faire arrêter de fumer, et s’attribue indirectement la responsabilité de cette mort, non supportée).

    En première instance, je proposerais une psychothérapie, accompagnée des séances d’hypnose et/ou d’EMDR. Peut-être également un soutien médicamenteux par la pris d’anxiolytiques.

    Je pense qu’il peut être utile de reconnecter Mme A à ses émotions et sensations.

    Parmi les questions que l’on pourrait poser, je pense à :

    Que vous procure la répétitions de vos rituels ?

    Qu’avez-vous ressenti à la mort de votre père ?

    Qu’avez-vous ressenti lors de l’hospitalisation de votre mère ?

    Comment l’avez-vous vécue ?

    Comment vous positionnez-vous au sein de votre famille ? Par rapport à votre mère ? vos frères ? votre époux ? vos filles  ?

    #16930
    Photo du profil de Audrey Aymard
    Audrey Aymard
    Équipe Théolis

    Bonjour Cathy,

    Votre analyse est juste et bien détaillée. Vos propositions d’accompagnement sont adaptées aux besoins de la patiente. Je vous félicite et vous souhaite une belle continuation dans votre formation.

    Audrey

    #17280
    Photo du profil de Natacha Maleix
    Natacha Maleix
    Étudiant(e)

    Bonjour,

    Etude de cas n°1

    Mme A est en grande détresse psychologique.  Le stress et l’anxiété ont commencé durant sa petite enfance,  elle a dû s’occuper de ses 2 frères de 5 et 8 ans suite à l’hospitalisation de sa maman dépressive et d’une éducation très strict.   Elle a décidé de commencer une thérapie pour ne plus laisser ses troubles obsessionnels gérer sa vie.

    1) Mme A a généré un syndrome dépressif majeur. Elle est en souffrance et a perdu confiance en elle.

    2) Les symptômes qu’elle décrit,  sont des troubles du sommeil,  des troubles alimentaires survenus après la perte de son travail ainsi qu’une névrose obsessionnelle survenue après le décès de son père,  il y 12 ans.

    3) Mme A a besoin d’être rassurée,  de surpasser ses angoisses,  d’être déculpabiliser,  de supprimer ses troubles obsessionnels et de renouer le dialogue avec les siens.

    4) Mme A souffre de névrose obsessionnelle qui n’est pas en rupture avec la réalité et d’un état dépressif.  Ces troubles obsessionnels sont apparus après le décès de son père et son état dépressif après la perte de son travail et des conflits qu’il en résulte avec sa famille.

    5) Je propose à Mme A une psychothérapie,  des séances d’hypnose et un traitement médicaments. Je lui proposerai aussi des aides complémentaires comme l’art thérapie,  la relaxation, yoga .

    6) les questions :

    Vous dites que vous saviez ce qui allait arriver à votre père,  est-ce que vous avez de la colère parce qu’il n’a pas écouté vos conseils ?

    Quel est votre ressenti suite à son décès ?

    Quelles sont vos relations avec vos frères ?

    Est-ce que vous avez parlé de votre enfance à vos filles et à votre mari ?

    Comment est la communication au sein de votre couple ?

    Avez vous pensé à une aide extérieure pour vous seconder chez votre maman ?

    Bonne journée

    Natacha

    #17314
    Photo du profil de Audrey Aymard
    Audrey Aymard
    Équipe Théolis

    Bonjour Natacha,

    Tout d’abord, veuillez m’excuser pour mon délai de réponse.

    Votre analyse de cas est juste et vos propositions d’accompagnement sont adaptées aux besoins de la patiente. Je vous félicite et vous souhaite une belle continuation dans votre formation.

    Audrey

15 sujets de 196 à 210 (sur un total de 238)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

logo estompé pour certificats 3

Une formation offerte !

La formation initiale pour maîtriser les bases de la posture thérapeutique est offerte !

En accès illimité !

les formateurs
J'en profite
Fondamentaux accompagnement gratuite

Théolis Formations : ©2016®