Théolis Formations
15 sujets de 181 à 195 (sur un total de 203)
  • Auteur
    Réponses
  • #16171
    Photo du profil de Laure Tauzin
    Laure Tauzin
    Étudiant(e)

    Bonjour,

    1er ressentie : J’observe la place que prend la symptomatologie dans son quotidien et la souffrance que cela génère chez elle.

    Question 1 : Mme A consulte suite à des symptômes qui ont mis en péril son travail : Multiples vérifications, rituels à effectuer au risque d’une angoisse majeure et invalidante s’ils ne sont pas effectués.

    Question 2 : Les symptômes de madame A sont : des besoins incessant de vérification dans sa maison et doit effectuer plusieurs rituels avant de quitter son domicile quand elle va au travail le matin, ainsi que le lavage des mains intempestif dès lors qu’elle est en contact avec une surface définie comme sale.

    Plus récemment, un syndrome dépressif avec des troubles du sommeil et de l’alimentation.

    Question 3 : Mme A ressent le besoin de comprendre l’apparition de ses symptômes, et semble exprimer un besoin d’effectuer un travail sur elle pour les apaiser.

    Question 4 : Au vu des différents symptômes de Madame A, je fais l’hypothèse qu’elle présente une névrose obsessionnelle, plus précisément un Trouble Obsessionnel Compulsif qui semble lui servir de défense face à une angoisse, potentiellement survenue suite au décès de son père.

    Question 5 : Je propose un accompagnement psychothérapeutique et comportemental a Mme A en première intention. Pour ce faire, différentes approches pourraient convenir : l’hypnose, la TCC, l’EMDR..

    Question 6 : Pour aider Mme A a cheminer sur son symptôme, il pourrait être intéressant de poser les questions suivantes :

            – A-t-elle observé des moments particuliers où les rituels se présentent ? (est-ce qu’il se présente à d’autre moment que le matin ?)

           –  Y-a-t-il des périodes de l’année où ceux-ci se renforcent ?

            – Y-a-t-il eu un évènement ou des moments difficile émotionnellement avant la mise en place de ce nouveau rituel (le lavage des mains) ?

    Au plaisir de vous lire,
    Laure

    #16185
    Photo du profil de Audrey Aymard
    Audrey Aymard
    Équipe Théolis

    Bonsoir Laure,

    Votre analyse est complète et remplie de bienveillance. Votre diagnostic est juste et vos propositions thérapeutiques adaptées aux besoins de la patiente. Je vous félicite et vous souhaite une belle soirée.

    Audrey

    #16265
    Photo du profil de Billy Ayad
    Billy Ayad
    Étudiant(e)

    Bonjour à toutes et à tous,

    Madame A a reçu une éducation stricte.

    Elle a dû assumer des responsabilités très tôt en élevant ses deux frères alors qu’elle n’était encore qu’une enfant de 8 ans, lorsque sa maman a été hospitalisée pour dépression.

    Tout ce qu’elle révèle ici laisse présager d’une construction psychique névrotique dans un environnement familial rigide et fragilisé, avec une prédisposition à la dépression.

    Elle nous parle de relation fusionnelle avec sa maman, mêlant conflit et culpabilité.

    Elle est également en conflit avec son mari et a des relations tendues avec ses deux filles.

    Il se peut que les schémas précoces relationnels qu’elle a développés durant son enfance se répercutent sur son mari et ses filles, découlant de l’angoisse de séparation mal vécue durant son enfance, angoisse réactivée au moment du décès de son papa.

    De plus, les TOC, rituels, en plus de constituer une tentative de contrôle de cette angoisse et de protection de ses proches contre la mort, peuvent également révéler l’isolement d’une agressivité inconsciente développée pendant son enfance à l’égard de ses parents.

    Les troubles de madame A ont un impact systémique et ses proches semblent souffrir de cette situation.

     

    1) Le motif de consultation de madame A est : le syndrome dépressif majeur suite à la perte de son emploi, accompagné de différents troubles et générant une situation conflictuelle avec son mari.

     

    2) Les symptômes sont les TOC (vérification, lavage intempestif), les troubles du sommeil et de l’alimentation, comportements boulimiques, difficultés relationnelles au sein de la famille.

     

    3) Les besoins de madame A sont de mettre un terme ou de diminuer ses rituels, TOC afin de rétablir l’équilibre familial et de détendre les relations. Soulager madame A de sa dépression et des troubles dont elle souffre.

     

    4) Le diagnostic semble correspondre à une névrose obsessionnelle.

    Angoisse de la mort et de séparation sa mère et son père, d’abord pendant l’enfance, puis répétition à l’âge adulte au moment du décès.

    Relation fusionnelle mais conflictuelle avec sa mère -> conflit interne et répercussion systémique, relations conflictuelles et rigides.

    TOC -> déplacement de l’angoisse et/ou isolation de l’agressivité.

     

    5) Nous lui proposerons de consulter un médecin peut-être pour une prise d’anxiolytique pour la soulager.

    Une psychothérapie clinique, la thérapie des schémas.

    Des séances d’hypnose, d’EFT ou d’EMDR pour un travail de désensibilisation psycho-émotionnelle. Déjà un travail sur le trauma lié au décès de son papa.

    Ainsi qu’un travail sur l’enfance : le rapport à sa mère, la période où elle s’est retrouvée seule à s’occuper de ses frères, l’hospitalisation de sa maman.

     

    6) Questions intéressantes à poser : avez-vous souffert de votre éducation ?

    Quels souvenirs avez-vous de la relation avec vos parents durant votre enfance ?

    Vous êtes-vous sentie en danger ? abandonnée ? Comment avez-vous vécu l’hospitalisation de votre maman ? Avez-vous peur pour vos proches ?

    De quoi avez-vous manqué selon vous ? De quoi ont manqué vos parents ?

    Quelle enfance auriez-vous souhaitée  ?

     

    #16272
    Photo du profil de Audrey Aymard
    Audrey Aymard
    Équipe Théolis

    Bonjour Billy,

    Votre analyse est juste et bien détaillée. Vos propositions thérapeutiques sont complètes et bien adaptées aux besoins de la patiente. Je vous félicite et vous souhaite une belle continuation dans votre formation.

    Audrey

    #16296
    Photo du profil de Stéphanie Poupard
    Stéphanie Poupard
    Étudiant(e)

    Mes premières impressions

    Mme A est en grande détresse. L’origine du problème ne date pas d’aujourd’hui.

    Motif de la consultation 

    Mme A est en grande souffrance. Elle a conscience de son état. De part cette consultation, Mme A est déjà dans une démarche positive pour aller vers un mieux-être.

    Les symptômes

    – TOC (besoins incessants de vérification au sein de sa maison – lavage de main intempestif) depuis 12 ans suite à la mort de son père.

    – Dépression majeure avec des symptômes associés tels que des troubles du sommeil, de l’alimentation (comportements boulimiques).

    Les besoins de Mme A

    Mme A a besoin de retrouver une qualité de vie : Sérénité psychique, des relations familiales apaisées avec son mari et ses filles, un sommeil de qualité, un travail. Elle a besoin de retrouver la confiance en soi, d’être écoutée, accompagnée pour pouvoir se libérer de ses troubles obsessionnels, troubles alimentaires, pour pouvoir sortir de cet état dépressif majeur, se libérer de ses angoisses, de sa culpabilité (relation avec sa mère).

    Diagnostic psychopathologique de Mme A ? Pourquoi ?

    Mme A semble souffrir d’une névrose obsessionnelle suite au décès de son père il y a 12 ans (facteur déclenchant). L’angoisse incontrôlable de la mort de son père est isolée et déplacée sur une angoisse plus contrôlable posée sur des éléments environnementaux modifiables (besoins incessants de vérification, lavage de main intempestif).

    Traitement 

    Psychothérapie, thérapie comportementale, EMDR, Hypnose, EFT, anxiolytique et/ou antidépresseurs.

    Lors de la 1ère consultation, j’inviterai Mme A à consulter un médecin ou psychiatre afin qu’il puisse lui proposer un traitement médicamenteux (anxiolytique et/ou antidépresseur) car angoisse et dépression majeure. La dépression étant majeure => je pense au risque de TS.  De plus, l’apaisement apporté par ce traitement lui permettrait d’engager un travail sur elle-même avec un peu plus de sérénité auprès d’un psychothérapeute.

    Questions pour aider Mme A à cheminer sur son symptôme

    – Les symptômes étant survenus il y a 12 ans, quel est le facteur déclenchant de cette consultation ?

    – Que ressent-elle au fond d’elle-même d’avoir perdu son travail ? Quelle réaction positive aurait t-elle appréciée venant de son mari ? La communication est-elle bloquée avec son mari ? (Si oui, je pense éventuellement à une thérapie familiale pour les aider à surmonter cette difficulté).

    – Qu’est-ce qui enclenche ses TOC ? Quand est-ce qu’ils ont lieu ? Qu’est-ce que cela lui apporte ?

    – Comment se manifestent ses troubles du sommeil ? A t-elle des idées en boucle qui l’empêchent de dormir ? Si oui lesquelles ?

    – En quoi consistent ses comportements boulimiques ? Quand ont-ils lieu ?

    – Comment a t-elle vécu sa petite enfance avec toutes ses responsabilités ? Qu’a t-elle ressenti au plus profond d’elle-même ? Que veut-elle dire avec l’expression « beaucoup trop de responsabilités » ?

    – Qu’est-ce qu’une éducation stricte selon elle ? Quel type d’éducation a t-elle transmis à ses filles ?

    – Quel type d’éducation a t-elle transmis à ses frères ? Comment sont leurs relations aujourd’hui ?

    – Quel type de relation entretenait-elle auprès de son père ? (mon questionnement : Relation adulte/enfant ou adulte/adulte ? )

    – Comment vit-elle le décès de son père aujourd’hui ?

    – Pourquoi est-elle contrariée d’associer ses symptômes à la mort de son père ? De quoi est décédé son père ?

    – Etant enfant, était-elle inquiète pour la santé de sa mère ? Comment a t-elle vécu l’hospitalisation de sa mère ? Y a t-il eu plusieurs hospitalisations ? Comment a t-elle vécu l’absence de sa mère ? Quelle image avait-elle de sa mère étant enfant ? Et aujourd’hui ? Sa mère est-elle toujours dépressive aujourd’hui ? Pourquoi ressent-elle de la culpabilité envers sa mère ? Quels ont été les conflits avec sa mère ?

    – Quel type de relation idéale aurait-elle aimé développer avec ses filles ? Son mari ? Sa mère ? Et ses frères ?

    – A t-elle peur de la mort ?

    – Quelles sont ses peurs ? En a t-elle ?

    Merci d’avance pour votre retour.

    Bien cordialement

    Stéphanie

    #16301
    Photo du profil de Audrey Aymard
    Audrey Aymard
    Équipe Théolis

    Bonjour Stéphanie,

    Votre diagnostic est juste et vos propositions thérapeutiques adaptées aux besoins de la patiente. Je vous félicite et vous souhaite une belle journée

     

    Audrey

    #16358
    Photo du profil de Jérémie Mondiere
    Jérémie Mondiere
    Étudiant(e)
    • Question 1 : Quel est le motif de consultation de Mme A ?

      => Elle consulte d’en le but qu’on lui apporte de l’aide suites à des problèmes de rituels lui handicapant son quotidien et qui aujourd’hui lui à faire perdre son emploi et sa confiance en elle.

    • Question 2 : Quels sont les symptômes présentés par Mme A ?

      => Les symptômes de MME A sont l’anxiété, l’angoisse.Des troubles obsessionnels compulsifs sont apparus suite au décès de son père et des troubles alimentaires

    • Question 3 : Quels sont les besoins de Mme A ?

      => Elle a besoin de comprendre pourquoi elle est obliger de faire ses rituels, et de soigner cela afin de reprendre une vie sans toutes ses problématiques.

    • Question 4 : Quelles hypothèses faites-vous sur le diagnostic psychopathologique de Mme A ? Pourquoi ?

    • => Trouble obsessionnelles compulsifs accompagné de troubles alimentaires, anxiété généralisé
    • Question 5 : Que proposez-vous pour accompagner Mme A ?

    • => Je lui propose des séances pour l »écouter, et décortiquer ses besoins de rituels, et liés à l’alimentaire . Je pourrais lui demander d’établir une liste durant la semaine afin d’échanger avec elle. Puis par la suite d’analyser cette liste de lui demandant pour quelle raison elle angoisse par rapport à chacun des points.
    • Question 6 : Quelles questions seraient intéressantes à poser à Mme A afin de l’aider à cheminer sur son symptôme ?

      =>

    • Pour quelles raisons ressentez vous le besoin de faire ses rituels?
    • depuis quand les faites vous? ont il été amplifiés avec le temps? quelle en est la fréquence?
    • que pense t elle qui va arriver si elle ne les fait pas?
    • de quoi a telle le plus peur?
    • Est ce que son mari en fait ? et si non arrive il a vivre correctement?
    • Vous sentez vous soulagez une fois les avoir fait?
    • Pensez vous que nous pourrions faire un premier tric pour enlever ceux qui on un degré faible?
    #16362
    Photo du profil de Audrey Aymard
    Audrey Aymard
    Équipe Théolis

    Bonjour Jeremie,

    Votre analyse est juste et vos propositions thérapeutiques adaptées à la problématique de la patiente.

    Je vous félicite et vous souhaite une belle journée.

    Audrey

    #16393
    Photo du profil de Gilly Sylvie
    Gilly Sylvie
    Étudiant(e)

    Bonjour,

    voici mes réponses pour cette étude de cas :

    Madame A a eu une enfance stricte et a dû assumer de grosses responsabilités dès l’âge de 8 ans lorsque sa maman a été hospitalisée pour dépression ( Mme A a une prédisposition ) .

    Un sentiment d’angoisse important a pu s’installer lors des différents épisodes dépressifs de sa maman

    (éloignement avec sa maman) .

    À ce jour, elle entretient une relation fusionnelle avec sa mère qu’elle va voir tous les jours ( Mme A n’a pas vu sa maman pendant des mois lors de son enfance ) , dont elle s’occupe seule ( a toujours assumé seule de grosses responsabilités ) , relation marquée de conflits et de culpabilité.

    Mme A parle aussi de conflits ( sentiment de colère ) avec son père à propos de sa consommation de cigarettes (addiction dont elle sait les conséquences néfastes , conséquences qui l’éloigneront de son père ) :

    « J’ai passé ma vie entière à lui faire la guerre ».

    Depuis le décès de son père, des comportements compulsifs de plus en plus présents l’ont malheureusement éloignée de ses proches (conflits avec ses filles et son mari) et a mis en péril sa vie professionnelle .

    Mme A est en grande souffrance et vient consulter afin d’être aidée.

    · Question 1 : Quel est le motif de consultation de Mme A ?

    Mme A vient en consultation suite à des symptômes ( dépression et comportements compulsifs TOC )qui l’éloignent de ses proches (enfants et mari) et qui ont eu des conséquences négatives sur son travail .

    · Question 2 : Quels sont les symptômes présentés par Mme A ?

    Les symptômes sont un état dépressif majeur avec des troubles du sommeil et de l’alimentation, développant ainsi des comportements boulimiques, besoins incessants de vérification au sein de sa maison , ensemble de rituels avant de partir au travail le matin au risque d’une angoisse majeure, lavage de main intempestif, à chaque contact avec une surface « définie comme sale ». Nous pouvons aussi observer les nombreux conflits au sein de sa famille.

    · Question 3 : Quels sont les besoins de Mme A ?

    Les besoins de madame A sont de mettre un terme ou de diminuer ses rituels afin de rétablir l’équilibre familial et professionnel . Aider Mme A a ne plus avoir ce sentiment de culpabilité et de soulager madame A de sa dépression .

    · Question 4 : Quelles hypothèses faites-vous sur le diagnostic psychopathologique de Mme A ? Pourquoi ?

    Angoisse de la mort et de séparation ( avec sa mère pendant l’enfance à plusieurs reprises et avec son père au moment du décès )

    Colère refoulée et sentiment de culpabilité ( conflits avec son père de son vivant et actuellement avec sa mère , son conjoint et ses filles ) .

    Troubles obsessionnels compulsifs ( l’angoisse de la mort est isolée et déplacée )

    Question 5 : Que proposez-vous pour accompagner Mme A ?

    Afin de travailler sur son enfance , les conflits avec son père de son vivant, le décès de son père , la perte de son emploi dû aux troubles compulsifs, l’éloignement avec son mari et ses filles , son état dépressif profond :

    Psychothérapie, thérapie comportementale, EMDR, Hypnose, EFT, anxiolytique et/ou antidépresseurs ( si détection de TS ) et thérapie familiale.

    Question 6 : Quelles questions seraient intéressantes à poser à Mme A afin de l’aider à cheminer sur son symptôme ?

    Quels souvenirs avez-vous de la relation avec vos parents durant votre enfance ?

    Comment a t-elle vécu l’hospitalisation de sa mère ?

    Comment a t-elle vécu l’absence de sa mère ?

    Comment a t-elle vécu sa petite enfance avec toutes ses responsabilités ?

    Qu’a t-elle ressenti au plus profond d’elle-même ? Que veut-elle dire avec l’expression « beaucoup trop de responsabilités » ?

    Quelle image avait-elle de sa mère étant enfant ? Et aujourd’hui ?

    Sa mère est-elle toujours dépressive aujourd’hui ?

    Pourquoi ressent-elle de la culpabilité envers sa mère ?

    Quels ont été les conflits avec sa mère ?

    Comment vit-elle le décès de son père aujourd’hui ?

    Pourquoi est-elle contrariée d’associer ses symptômes à la mort de son père ?

    Qu’est-ce qui enclenche ses TOC ? Quand est-ce qu’ils ont lieu ? Qu’est-ce que cela lui apporte ?

    Que ressent-elle au fond d’elle-même d’avoir perdu son travail ?

    Quelles sont ses peurs ?

    Bonne fin de journée

    Cordialement,

    Sylvie

    #16399
    Photo du profil de Audrey Aymard
    Audrey Aymard
    Équipe Théolis

    Bonjour Sylvie,

    Bravo pour votre analyse juste et détaillée. Vos propositions thérapeutiques sont adaptées à la problématique de la patiente.

    Je vous souhaite une belle continuation dans votre formation.

    Audrey

    #16400
    Photo du profil de Audrey Aymard
    Audrey Aymard
    Équipe Théolis

    Bonjour Sylvie,

    Bravo pour votre analyse juste et détaillée. Vos propositions thérapeutiques sont adaptées à la problématique de la patiente.

    Je vous souhaite une belle continuation dans votre formation.

    Audrey

    #16423
    Photo du profil de Véronique Vermuse
    Véronique Vermuse
    Étudiant(e)

    Mme A est une personne qui présente une forte souffrance et des symptômes importants . Ses rituels et obsessions sont très invalidants et l’empêchent de mener une vie épanouie tant personnelle, professionnelle , familiale que de couple. Elle semble très seule (et l’avoir été également dans son enfance) avec aucun soutien familial et personne qui ne comprenne ses souffrances. Elle a été le parent de ses frères puis de ses enfants et maintenant de sa mère. Elle exprime avoir un poids de responsabilités très (trop) important, au point de devenir insupportable. Le père paraît avoir été absent et ses rapports avec lui très conflictuels. D’ailleurs elle exprime beaucoup de conflits autour d’elle et beaucoup de culpabilités malgré son dévouement familial.  Elle parait agir par loyauté envers sa mère dont elle est devenu le parents (parent toxique?) Elle est remplie d’angoisses (de mort?) qu’elle essaye de gérer par ses rituels et compulsions, mais sans résultats puisqu’elle développe parallèlement des troubles du comportement alimentaires, du sommeil, et une dépression sévère. Elle semble également faire un déni du deuil non réalisé de la mort de son père.

    Q1 Mme A consulte pour des symptômes compulsionnels qui consistent en des rituels et obsessions qui lui ont fait perdre son travail du fait de ses retards, et causés dépression et problèmes familiaux (couple et enfants)

    Q2 Symptômes: Angoisses, troubles alimentaires (poussées boulimiques) compulsions et rituels invalidants, culpabilité, manque d’estime de soi.

    Q3 besoins: réussir à trouver une vie et des relations (mari, enfants, mère) plus sereines et plus équilibrées afin de pouvoir retrouver et rester dans un emploi. Restaurer son estime d’elle même, se débarrasser de sa culpabilité, faire le deuil de la mort de son père (et de sa relation conflictuelle avec lui). Poser des limites avec sa mère. Rétablir la communication avec ses enfants.

    Q4 Il semble s’agir d’une névrose obsessionnelle (rituels, compulsions irépressives, angoisse de mort) associée à des troubles du comportement alimentaire.

    Q5. Pour accompagner Mme A , je lui proposerai un suivie psychothérapeutique afin de comprendre les causes de ses angoisses, associé avec des TCC et EMDR. Un suivi psychiatrique avec un médecin afin d’avoir un diagnostic sur la gravité de sa dépression et de ses TCA et   d’évaluer son besoin en médicaments (antidépresseurs,  anxiolytiques ) et éventuellement électrochocs

    Q6 : Question principale : a-t elle un suivi psychiatrique avec un traitement par antidépresseurs/ anxiolytiques ? A-t-elle déjà suivie une psychothérapie, et si oui de quel type et comment cela s’est il passé. Est-elle prête à s’investir dans une thérapie ?

    Il me paraît important de creuser du coté de sa relation aux parents et notamment au père, mais aussi à la place actuelle de la mère. Les rapports avec ses enfants et son mari ont-ils toujours été conflictuels? Comment vit elle son rôle de mère avec ses propres enfants. Que sont devenus ses relations avec ses frères, peuvent ils l’aider. A-t-elle des personnes ressources sur qui s’appuyer, demander de l’aide (peut-elle se l’accorder?)

    De savoir si  ses crises de boulimie sont régulières, s’accompagnent ensuite  de vomissements, prises de laxatifs/purgatifs,

    Quels sont ses troubles du sommeil et a quelle fréquence

    A-t elle des pensées suicidaires?

    Son mari et ses enfants seraient-ils d’accord avec une thérapie familiale/de couple.

    Il y a beaucoup de questions et je crains de ne pas être exhaustive!

    Bien à vous

    #16427
    Photo du profil de Audrey Aymard
    Audrey Aymard
    Équipe Théolis

    Bonsoir Véronique,

    Je vous félicite pour votre analyse qui est juste et bien détaillée. Vos propositions d’accompagnement sont également adaptées aux besoins de la patiente. Il est difficile d’avoir une liste exhaustive de questions, celles proposées sont très intéressantes et il ressort beaucoup de bienveillance. Bravo.

    Audrey

    #16433
    Photo du profil de Véronique Vermuse
    Véronique Vermuse
    Étudiant(e)

    Merci Audrey pour ce retour encourageant.

    Bien à vous

    #16456
    Photo du profil de Sandrine Bourasseau
    Sandrine Bourasseau
    Étudiant(e)

    Mme A vient en consultation car elle est en grande souffrance psychologique donc également physique, en effet, elle présente des symptômes qui, au fil du temps, l’ont amené à perdre son emploi, ont donc entraîné des problèmes financiers mais également de couple… Elle n’arrivait plus à exercer son travail correctement et arrivait souvent en retard à cause de rituels qu’elle s’infligeaient à effectuer au sein de sa maison (TOC) avant de partir sur son lieu professionnel.

    Mme A est donc devenue dépressive, à la suite de ces faits.

    Mme A souffre de Troubles obsessionnels compulsifs (TOC), de boulimie, de troubles du sommeil, et d’une dépression. Mme A se souvient très bien quand et pourquoi ont débuté ces troubles, c’était il y a 12 ans, à la mort de son papa. Je pense que Mme A est très consciente de ce qu’est la mort et ce depuis l’âge de 8 ans, car si l’on pousse davantage la séance avec Mme A, je ne serais pas surprise d’apprendre que sa maman, très dépressive et hospitalisée pour cela, a du certainement à l’époque intenter à sa vie (suicide), je pense que Mme A a donc été confronté très tôt à la mort et de par sa maman et de par son papa par la suite.

    En effectuant ces rituels, n’a t’elle pas l’impression de se détacher de la mort qu’elle redoute ? et surtout ne cherche t’elle pas à se défaire de ses responsabilités qu’elle a eu sur les épaules vis à vis de ses frères et soeur, très tôt (enfant). Si je pouvais reprendre l’expression « je m’en lave les mains », je dirais que pour Mme A cela renverrai à ceci : j’essuie toutes traces de responsabilités, que je rejette et que je ne veux plus avoir », je fuie cela et je fuis la mort. Dans ces agissements et rituels, il y a un rejet, une sorte de fuite de ce qui lui « colle » à la peau depuis si longtemps….

    Elle se sent quelque part un peu coupable de la mort de son papa, car elle dit bien, avoir tellement tenté de le raisonner, mais elle a échoué, car il a continuer de fumer, elle se dit, peut être que si elle avait encore davantage insisté.. il serait peut-être encore là.

    Mme A n’a eu de cesse d’avoir de lourdes responsabilités et ce depuis toujours…

    Mme A présente une névrose obsessionnelle, je propose une psychothérapie avant tout, ce dont Mme A a besoin c’est de parler, de sortir tout ce qu’elle cache au plus profond de son être, elle à besoin d’être écouter, de se reposer sur une épaule et d’être entendu surtout, puis on tentera l’hypnose, EMDR, EFT, et en dernier recours, anxiolytique et antidépresseur.

    Au niveau des questions, je lui poserai celles-ci :

    – Lorsque vous effectuer ces rituels, à quoi pensez-vous immédiatement ?

    – accompagnez-vous ces rituels de phrases types ? si oui quelles sont-elles ?

    – lorsque vous pensez à la mort, à la fin de vie, quel sentiment ressentez-vous et que visualisez-vous ?

    Je creuserai également davantage sur ces rapports avec sa maman.

    Merci beaucoup pour votre correction, je vous souhaite une excellente journée.

     

    Sandrine

     

     

15 sujets de 181 à 195 (sur un total de 203)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

logo estompé pour certificats 3

Une formation offerte !

Saviez-vous qu'en vous inscrivant gratuitement sur le site, une formation vous est offerte ?

En accès illimité !

les formateurs
J'en profite
Fondamentaux accompagnement gratuite

Théolis Formations : ©2016®