Théolis Formations
13 sujets de 1 à 13 (sur un total de 13)
  • Auteur
    Réponses
  • #5455
    Photo du profil de Theolis Formations
    Theolis Formations
    Équipe Théolis

    Quels questionnements cette étude peut générer sous un regard de thérapeute?

    Après lecture de l’étude de cas, faites part de vos premières impressions avant de réfléchir aux questions posées.

    Vous pouvez répondre ensuite directement dans ce sujet du forum afin que nous puissions échanger. Pour toute autre question concernant la formation, vous pouvez créer un nouveau sujet (suivre le lien puis en bas de page).

     ETUDES DE CAS

    LES DIFFÉRENTES STRUCTURES DE PERSONNALITÉ

    Etude de cas n°2 :

    Mr X, jeune homme de 19 ans vient en consultation accompagné de sa mère. Cette dernière se dit très inquiète depuis quelques mois après une suite d’évènements et de comportements de la part de son fils qu’elle juge inquiétants.

    L’évènement déclencheur de cette consultation chez le psychologue est une altercation grave avec le voisin âgé de 21 ans. « Mon fils et lui se sont disputés pour des propos qu’aurait tenu le voisin et que mon fils aurait très mal pris, il est allé chercher un couteau dans la cuisine pour le tuer. Si un autre voisin n’était pas intervenu, ça aurait été dramatique. Heureusement, personne n’a été blessé mais ça aurai pu être très grave. » Elle poursuit, « Je ne reconnais plus mon fils. Lui qui était un garçon discret, très calme, voire même parfois trop calme, il est devenu agressif, colérique et même incontrôlable. Je vous avoue qu’il me fait peur… Vous savez, ce voisin est quelqu’un de très gentil, il n’a rien dit de mal à mon fils, je ne sais pas ce qu’il lui a pris ! »

    Mr X est un jeune homme très renfermé, il baisse les yeux tout le long de la consultation, même lorsqu’il parle. Il accepte après un certain temps d’expliquer comment il a vécu cette dernière altercation avec le voisin. « Il m’a cherché, ça fait des mois qu’il me cherche. Je sais ce qu’il pense, je le vois faire derrière sa fenêtre, il m’espionne et se moque de moi, il parle de moi aux autres voisins et il se monte un complot contre moi mais ma mère ne comprend rien, elle n’a jamais rien compris de toute façon. Moi je sais, il se trame des choses, les gens me regardent bizarrement et organisent des repas ensemble où leur seule préoccupation est de se moquer de moi. Je vais les tuer, je n’ai pas le choix. »

    • Question 1 : Quel est le motif de consultation de Mr X ?

    • Question 2 : Quels sont les symptômes présentés par Mr X ?

    • Question 3 : Quels sont les besoins de Mr X ?

    • Question 4 : Quelles hypothèses faites-vous sur le diagnostic psychopathologique de Mr X ? Pourquoi ?

    • Question 5 : Que proposez-vous pour accompagner Mr X ?

    • Question 6 : Quelles questions seraient intéressantes à poser à la mère de Mr X afin d’approfondir la compréhension du fonctionnement de Mr X et l’aide la plus adaptée ?

    #5758
    Photo du profil de M. P.
    M. P.
    Étudiant(e)
    Bonjour Audrey,
    Merci pour vos encouragements et pour vos réponses.
    L’autre possibilité de diagnostic est la psychopathie.
    D’autres questions pour la maman pourraient être : est-ce que votre fils a déjà fait mal à d’autres personnes ou animaux sans éprouver de culpabilité ? Est-ce que votre fils a tendance à être manichéen dans ses relations, c’est-à-dire à considérer que les gens sont soit tout gentils soit tout méchants par exemple ?
    Merci par avance pour vos réponses lorsque vous aurez un moment bien sûr.
    Excellente journée à vous.

    Magali

    #5759
    Photo du profil de Audrey Aymard
    Audrey Aymard
    Équipe Théolis

    Bonjour Magali,

    Effectivement la psychopathie est également une autre possibilité et vos interrogations complémentaires pour la mère vous permettront de confirmer ou d’informer ce diagnostic. Il y a également un autre diagnostic possible, avez-vous une idée?

    Bravo pour votre investissement et vos réflexions

    Audrey

    #5761
    Photo du profil de M. P.
    M. P.
    Étudiant(e)

    Bonjour Audrey,

    Un autre diagnostic possible serait une bouffée délirante aigüe comme il s’agit d’un adulte jeune et qu’il semble faire un délire de persécution.

    Merci de nous accompagner comme vous le faites lors de notre formation et ensuite si possible.

    Bonne fin d’après-midi

    Magali

     

    #5762
    Photo du profil de Audrey Aymard
    Audrey Aymard
    Équipe Théolis

    Effectivement, la bouffée délirante peut être un diagnostic possible puisque le patient est jeune. Il découle de cette réflexion très juste une autre possibilité de diagnostic… Un petit indice, c’est souvent à l’issue d’une bouffée délirante non dépistée à temps…

    C’est avec grand plaisir que je vous accompagne et évidemment, je serai là également pour la suite…

    Bonne fin de journée

    Audrey

    #5763
    Photo du profil de M. P.
    M. P.
    Étudiant(e)

    Une autre possibilité de diagnostic serait la schizophrénie.

     

    #5764
    Photo du profil de M. P.
    M. P.
    Étudiant(e)

    Bonjour Audrey,

    Je vais essayer de compléter ma réponse : Il faudrait pour faciliter le diagnostic observer le patient en discutant avec lui pour déceler s’il existe : des incohérences ou troubles du cours de la pensée, des réponses « à côté », des fausses liaisons des idées entre elles, des troubles de l’affectivité, des troubles psychomoteurs du type catatonie, maniérisme, paramimies, négativisme.

    S’il s’agit de schizophrénie paranoïde il est possible de trouver : des discordances de la pensée, des chuchotements ou arrêt brutal du discours, des troubles affectifs (indifférence à la vie, absence d’émotions), des sentiments d’étrangeté (tout autour semble modifié), une expérience de dépersonnalisation (impression d’un corps morcelé), expérience d’influence (comme un contrôle de la pensée par des ondes).

    Merci par avance de me donner vos avis concernant cette étude de cas, lorsque vous serez disponible.

    Bonne journée

    Magali

     

    #5770
    Photo du profil de Audrey Aymard
    Audrey Aymard
    Équipe Théolis

    Bonsoir Magali,

    Je vous félicite pour ce diagnostic différentiel de très bonne qualité. Effectivement, la schizophrénie paranoïde était l’autre possibilité concernant ce patient.

    C’est un excellent travail que vous avez fourni. Bravo

    Passez une belle soirée

    Audrey

    #10830
    Photo du profil de Gontrand Berrier
    Gontrand Berrier
    Étudiant(e)

    Bonjour Audrey,

    ma première impression : tristesse et compassion pour tous les protagonistes, M. X en premier, car je sais pour en en avoir été spectateur que ce type de situation n’est pas de la science fiction. Bien sûr, je mets ces émotions de côté avant d’enfiler ma « blouse blanche » d’apprenti et de vous soumettre ma lecture de ce cas.

    1. M. X vient consulter parce que sa mère l’amène ici. Notons qu’il a accepté de venir, donc qu’il reste ouvert à la possibilité d’une aide extérieure, autre que sa mère « qui ne comprend rien ». Et s’il lui est difficile de vivre le face-à-face avec le psychologue – il baisse les yeux, il lui faut du temps pour pouvoir parler, il joue le jeu.

    2. Je vois un délire systématisé de persécution et un versant psychopathique (clivage, identification projective, déni, omnipotence, forclusion me paraissent manifestés) puisque le passage à l’acte violent était bien là, en l’absence de toute retenue ou regret a posteriori (culpabilité, morale, loi – « je vais les tuer, je n’ai pas le choix ») et qu’on ne doit qu’à l’intervention d’une tierce personne l’absence de victime.
    Il y a aussi de la colère contre sa mère et des changements d’humeur marqués

    3. M. X aurait besoin qu’on l’aide face à ses accès de délire et ses passages à l’acte, qui sont source de souffrance et même de danger pour lui-même et ceux qui le côtoient. En arrière-plan, il aurait besoin d’une relation de qualité, sécure, avec sa mère – « être compris », communiquer réellement. La mère ne sait pas qui est son fils – j’ai l’impression d’un faux self de gentil garçon qui donne le change, voici des mois qu’il y a des comportements inquiétants et elle n’a pas vu venir, et last but not least, d’un père, grand absent de cette histoire, dont le rôle assumé serait très aidant (mais bon, il n’est pas là)

    4. je propose : paranoïa et psychopathie, sur fond de psychose maniaco-dépressive (alternance des phases)

    5. hospitalisation car je doute qu’on puisse obtenir des résultats assez rapides avec seulement des neuroleptiques et suivi psychologique serré. Il y a danger pour tout le monde dans cette situation.

    6. Questions à la mère,, plus ou moins dans cet ordre :
    . Considérez-vous la relation avec votre fils comme satisfaisante ? Pourquoi ?
    . Quel rôle considérez-vous devoir jouer auprès de votre fils ?
    . Quels sont vos besoins dans cette relation ?
    . Quels sont d’après vous les besoins de votre fils ?
    . Parlez-moi de ce qui le rend heureux / malheureux.
    . Que seriez-vous prête à faire pour améliorer la situation ? Et pour améliorer la relation ?
    . Accepteriez-vous de consulter vous-même un psychologue dans ce but ? Et à deux ?

    #10846
    Photo du profil de Audrey Aymard
    Audrey Aymard
    Équipe Théolis

    Bonjour,

    Je vous félicite pour la précision de votre analyse qui de surcroit est très juste. J’apprécie toute la bienveillance que vous mettez dans vos propositions de soins.

    Bravo

    Belle continuation dans votre formation

    Audrey

     

     

    #13162

    Bonjour Audrey,

    Je vous soumets ici la 2ème étude de cas : Mr X.

    Motif de consultation :

    Mr X vient en consultation suite à une violente altercation avec un voisin. Mr X a usé d’une arme blanche, animé par la volonté de tuer. L’issue aurait été tragique sans l’intervention d’un tiers.

    Mr X est accompagné de sa mère, légitimement très inquiète pour son fils qu’elle dit ne plus reconnaître. Cette maman, en souffrance et probablement encore sous le choc, décrit son fils comme quelqu’un d’habituellement calme (voire trop ), devenu en quelques mois, agressif, colérique et incontrôlable. Elle dit en avoir peur.

    Symptômes présentés par Mr X :

    Le trouble mental entraîne ici une modification profonde et durable de l’identité et de la personnalité.

    Le comportement défensif est le symptôme clé.

    Tout au long de son récit concernant l’altercation avec son voisin, Mr X utilise l’extériorisation  et la projection, comme mécanisme de défense : son voisin est perçu comme dangereux « il m’espionne, se moque de moi, parle de moi, il monte un complot, etc…).

    Il semble ici, y avoir délire de persécution.

    Si la souffrance n’est pas perçue à travers ce que Mr X vient de livrer, on note une fausseté du jugement et un délire d’interprétation, entraînant un comportement inadapté et destructeur.

    Mr X n’est plus capable de raisonner, car son rapport à la réalité et ses perceptions sont erronées.

    Les besoins de Mr X :

    Il conviendrait de rompre au plus vite la boucle mentale dans laquelle Mr X se trouve : (on parle de moi/ on complote derrière mon dos =>  même si on me le cache, je sais ce qu’il se trame => j’ai donc raison de vouloir le tuer).

     

    Hypothèses sur le diagnostic psychopathologique de Mr X :

    Les évènements relatés par Mr X, évoquent l’intuition délirante : sans recours au raisonnement, la situation s’impose comme vraie à Mr X : « je sais ce qu’il pense, je le vois faire, les gens me regardent bizarrement…).

    Le sujet paranoïaque ne supporte pas d’être blessé ou insulté : ce qui génère chez lui colère et contre-attaque. C’est manifestement ce qui s’est joué au moment des faits.

    Les mécanismes de défense utilisés ici sont l’extériorisation et la projection. L’autre est perçu comme dangereux. la méfiance est permanente et excessive, le soupçon est constant. Le jugement et l’interprétation de la réalité son erronés.

    Mr X, durant cette consultation s’est montré réticent à se livrer, il baisse les yeux, même quand il parle : l’attitude tend à penser qu’il ne veut pas laisser paraître ses réactions de peur qu’elles ne soient utilisées contre lui.

    La transformation radicale entre le sujet et la réalité sont évocateurs d’une psychose paranoïaque, ou éventuellement d’une psychose hallucinatoire.

    La psychose hallucinatoire survient brutalement chez l’adulte sans passé psychiatrique. On y retrouve la présence d’idées délirantes et la possibilité d’un syndrome d’influence : « je vais les tuer, je n’ai pas le choix » apparaît ici, comme une pensée commandée de l’extérieur.

    Si cette option de diagnostic peut être retenue, plus le délire est soudain, plus les perspectives thérapeutiques seront positives.

    Proposition d’accompagnement de Mr X :

    Afin de sécuriser Mr X pour lui-même et les autres, l’ hospitalisation pour une prise en charge urgente me semble indiquée. Mais il faudra le rassurer.

    Afin de ne pas renforcer son délire de persécution, l’hospitalisation devra, je pense, être présentée comme une prise de distance avec son environnement, qui lui permettra la prise de recul nécessaire à son apaisement.

    Des neuroleptiques pourront alors lui être prescrits, avec le contrôle de la bonne prise des médicaments.

    Un suivi psychologique pourra lui être proposé.

    Questions à poser à la mère de Mr X :

    Compte tenu des évènements récents, et de son inquiétude pour son fils, je serais attentive à la souffrance de cette femme. Cette maman vient de vivre un traumatisme. De fait, je lui proposerais de l’accompagner, si elle le souhaite, pour l’aider à surmonter cette épreuve douloureuse.

    De même, je serais prudente pendant la consultation en présence de Mr X. Je prendrais la précaution de ne pas renforcer son délire de persécution afin de ne pas déclencher une nouvelle crise. Je n’aborderais donc pas de manière frontale ni ne ferais de commentaires sur les évènements : dans le cas contraire, cela risquerait d’attiser sa colère, déjà latente contre sa mère (« elle ne comprend rien, elle n’a jamais rien compris de toute façon »).

    – En priorité, je demanderais à la maman comment elle se sent après avoir relaté les faits ?

    – Se sent elle libérée d’être venue accompagner son fils en consultation ? Se sent elle apaisée ?

    Je dirais à la maman combien la démarche de venir en consultation avec son fils est courageuse, et que c’est un bon début pour les aider.

    Questions pour approfondir la compréhension du fonctionnement de Mr X :

    – Mr X a t-il des frères et sœurs ? Quelle est sa place dans la fratrie ?

    – Quelles relations avait il avec vous ? Et avec son papa (rien n’est mentionné à son propos : il serait intéressant de creuser).

    – Quel enfant était votre fils petit ? Quel caractère avait-il ?

    – Avait- il des amis ?

    – Comment s’est déroulé sa scolarité ? Avait-il des activités extra-scolaires ? Était-il bien intégré ?

    – Mr X exerce t’il une profession aujourd’hui ? Poursuit-il des études ?

    – A t’il des amis ? Des confidents ? Les connaissez-vous ?

    – A ce que vous sachiez, votre fils a t’il recours aux toxiques ?

    – Avez-vous eu connaissance d’épisodes violents au cours de sa jeune enfance, de son adolescence, ou plus récemment avant les faits ?

    – Avez vous consulter votre médecin traitant avant de venir en consultation ? Y a t il eu un bilan clinique/ biologique récent ?

    – Mr X a t ‘il été malade dernièrement ?

    – Votre fils a t il vécu des évènements majeurs au cours de son existence ? (deuil, séparation affective, perte d’emploi etc…), auquel cas, quel âge avait il au moment où cela est survenu ? (la constitution du surmoi, construite par l’éducation se forme à l’âge de 5 ans, moment où l’enfant intériorise les interdits).

    – Avez-vous besoin d’un soutien extérieur pour traverser ces épreuves, et avez vous, autour de vous, des amis, une famille à l’écoute ?

    Enfin, je terminerai cet échange en leur disant de prendre soin d’eux et d’obtenir rapidement un rendez-vous pour une pré-admission dans l’hôpital de soins psychiatriques de leur choix.

    Voilà ma 2 ème étude de cas. J’ai ressenti beaucoup de compassion pour cette maman et ce jeune homme.

    Dans l’attente de lire vos commentaires toujours très motivants, n’hésitez pas à m’indiquer les points à améliorer.

    Bien à vous,

    Carole,

    #13166
    Photo du profil de Audrey Aymard
    Audrey Aymard
    Équipe Théolis

    Bonjour Carole,

    Votre analyse de cas est vraiment très détaillée et l’explication de chaque diagnostic permet une lecture fluide et compréhensive. Très sincèrement, je vous félicite, je retrouve à nouveau votre regard bienveillant.

    Bravo et belle continuation

    Belle journée également

    Audrey

    #13167

    Bonjour Audrey,

    Merci pour votre retour très motivant : chaque étude de cas est une découverte. Je m’appuie sur les cours appris grâce à la formation. Je reste donc « très scolaire »… Mais quel bonheur d’apprendre avec vous !

    Belle journée Audrey,

    Carole,

     

     

     

13 sujets de 1 à 13 (sur un total de 13)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

logo estompé pour certificats 3

Une formation offerte !

Saviez-vous qu'en vous inscrivant gratuitement sur le site, une formation vous est offerte ?

En accès illimité !

les formateurs
J'en profite
Fondamentaux accompagnement gratuite

Théolis Formations : ©2016®