Théolis Formations

retour 1ère séance de "récupération de savoir -être et ressources"

Ce sujet a 2 réponses, 2 participants et a été mis à jour par Photo du profil de Elodie Brault Elodie Brault, il y a 22 heures et 1 minute.

3 sujets de 1 à 3 (sur un total de 3)
  • Auteur
    Réponses
  • #12683
    Photo du profil de Elodie Brault
    Elodie Brault
    Étudiant(e)

    Bonjour,

    j’ai fait une 1ère séance du protocole » récupération de savoir-être et ressources » avec une amie; et…plein d interrogations forcément…..

    tout d ‘abord, j’ai un doute cette fois sur la profondeur de la transe car la catalepsie du bras n’a pas semblè fonctionné…j’ai même rajouté une relaxation profonde( suivi protocole du cours) pour accentuer l état hypnotique mais…..le bras n’a pas tenu……par contre les signaux idéaux moteurs étaient présents ( même si difficulté)  je précise que cette personne est plutôt analytique très mentale de base , j’avais donc choisi de commencer par l’induction de confusion…..

    que faire si la catalepsie ne fonctionne pas? est ce à dire que l ‘état de transe profonde n’est pas certain? que peut on faire d’autre durant les inductions pour tenter d’atteindre l’état souhaité?

    Autre question, par moment je crois que la synchronisation se désynchronisait(?!) car elle ne m’entendait pas et semblait chercher ou réfléchir( …..) et me répondait sur des questions posées avant alors que moi j étais passé à autre chose…suis je allée trop vite peut être? je ne voulais pas lui laisser le temps de réfléchir justement trop ni partir dans l imaginaire et la visualisation pour rester en remémoration puisqu’elle est très analytique….

    Concernant le protocole, il n’était pas évident à mettre en pratique, déja je n’avais pas de prénom de la personnalité passée….et les ressources recherchées ont été trouvées sous d’autres angles , c’est à dire que ce n’est pas la ressource initiale clairement que l’on a trouvé (nous cherchions  » espoir et foi »nous avons trouvé, « tout est à sa juste place », » forme de sagesse qui surveille » « pas besoin d’espoir »…. cela « collait » tout de même et lorsque j’ai demandé à l’esprit directeur s’il fallait chercher d’autres ressources pour compléter , c’était non donc…on a continué en intégrant ces ressources-là…

    Aussi , j’ai une question sur l après séance, car lorsque l on reparle avec la personne après , il y a des informations qui arrivent …alors qu’elles n’étaient pas disponibles pendant la séance, par exemple le prénom…..peut on considérer que l’info qui arrive après est « correcte » alors que la personne n’est plus en transe? ou bien est ce l ‘imaginaire qui  s’est branché sur le vécu de la séance? comment distinguer , si cela est possible?

    Dernière question, peut-on enregistrer les séances et les envoyer soit sur le forum soit par mail afin d’avoir un retour encore  plus concret sur le travail effectué et les axes d’amélioration???cela pourrait être très utile, pour ma part  je n’ai aucune formation autre en hypnose, donc beaucoup de questionnement et de travail pour « maitriser » la technique…et comme je souhaite exercer de façon professionnelle…

    merci beaucoup pour les retours et réponses !

     

    #12733
    Photo du profil de Camille Forestier
    Camille Forestier
    Équipe Théolis

    Bonjour Elodie,

    Merci pour ces questions.

    Je vais reprendre la trame de votre message pour construire la réponse.

    tout d ‘abord, j’ai un doute cette fois sur la profondeur de la transe car la catalepsie du bras n’a pas semblè fonctionné…

    C’est en effet un double indicateur, à savoir que la transe n’est pas très profonde (ce qui en soi n’est pas rédhibitoire) et que la personne est dans un fonctionnement mental très actif (soit qu’elle soit, par constitution, digitale, soit qu’elle soit nerveuse ou tendue).

    j’ai même rajouté une relaxation profonde( suivi protocole du cours) pour accentuer l état hypnotique mais…..le bras n’a pas tenu……

    Vous avez fait la meilleure chose à faire. Vous pouvez également insister sur les ressources positives et agréables pour amener confiance et lâcher prise le plus possible (mais nous allons voir que dans le cas de personnes digitales, il va souvent falloir « faire avec »)

    par contre les signaux idéaux moteurs étaient présents ( même si difficulté)  je précise que cette personne est plutôt analytique très mentale de base , j’avais donc choisi de commencer par l’induction de confusion…..

    Je partage donc votre analyse sur la forte probabilité d’un caractère analytique (digital) chez cette personne. Je vous suggèrerais, suivant mes préférences personnelles, de plutôt centrer votre induction sur le kinesthésique pour ce type de personnalité (la confusion est complexe et ce n’est pas le plus évident si l’on veut mettre en confiance un patient qui peut alors se demander ce que nous faisons). Ancrer sur le kinesthésique peut par exemple être de conduire le patient à détendre chacune des parties de son corps, en les nommant, d’en sentir la vitalité (l’énergie) dans son corps, etc.

    que faire si la catalepsie ne fonctionne pas? est ce à dire que l ‘état de transe profonde n’est pas certain? que peut on faire d’autre durant les inductions pour tenter d’atteindre l’état souhaité?

    Concernant la seconde partie de cette question, je vous suggère donc l’ancrage dans le corps, le kinesthésique comme mentionné ci-dessus.

    Que faire à présent si la personne est digitale et que la catalepsie ne fonctionne pas ? Continuer sans s’attacher outre mesure à la profondeur de la transe. Dans le cas où les protocoles envisagés sont sur base de visualisation, cela posera peu de problèmes et pour les régressions, généralement, cela permet tout de même d’obtenir des résultats.

    Dans ces cas là, plusieurs points peuvent être notés :

    – Ce n’est pas parce que ce patient précis aura des perceptions moins claires (si cela doit se produire) qu’il ne vivra pas une expérience riche et enrichissante (de plus, la capacité à enter en transe s’améliorera de séance en séance, avec l’habitude).

    – Les protocoles en eux même, quelle que soit leur base, participent à l’approfondissement. Aussi, la transe peut s’approfondir d’elle-même durant la séance.

    – Sachez que, dans tout les cas, il se passe quelque chose pour le patient. N’hésitez pas également à adapter votre travail. Rien ne vous empêche de basculer vers un protocole de nettoyage de printemps sur base énergétique (visualisation) si vous constatez qu’une régression ou une guidance ne donnent rien (en l’introduisant avec quelque chose du genre : « Pour dépasser les difficultés que vous ressentez à vivre cette expérience, je vais vous proposer (s’adresser au patient si il communique ou à l’esprit directeur via les signaux idéo-moteurs) un protocole plus simple qui nous permettra de nettoyer certains blocages et de préparer vos futures explorations. Vous allez vous représenter une porte, ou un passage… » etc. Dans la plupart des cas, même les régressions donnent certains résultats (souvent flous ou incertains) avec les personnes digitales (un de leurs sens peut particulièrement réagir, souvent le kinesthésique qui est plus « loin du mental ». Dans ce cas là il convient d’insister sur le sens qui semble le mieux fonctionner).

    Autre question, par moment je crois que la synchronisation se désynchronisait(?!) car elle ne m’entendait pas et semblait chercher ou réfléchir( …..) et me répondait sur des questions posées avant alors que moi j étais passé à autre chose…

    C’est en effet souvent le cas avec les personnes digitales. C’est un signe de plus pour confirmer cet état de fait ainsi que la légèreté de la transe. L’attention de la personne est tournée vers son mental et analyse (ce qui coupe en effet la synchronisation). Sur ce point précis, l’ancrage au kinesthésique mentionné ci-dessus peut limiter le problème (la personne ne peut pas être à la fois dans son mental et dans son corps) et votre travail de synchronisation devra être plus fin, plus « énergique », plus interactif (pressentir les moments où la personne se perd et trouver un moyen de la garder dans le fil).

    D’une manière générale, quelle que soit la capacité d’un praticien, il est très difficile de travailler correctement avec les personnes digitales. C’est ainsi, on ne peut pas forcer quelqu’un à lâcher prise ou à entrer en transe et la mauvaise habitude d’un mental trop puissant entraine de véritables freins à l’hypnose (quelle qu’elle soit). Il pourra vous arriver de devoir tout simplement renoncer à un accompagnement poussé avec certaines personnes (rares) pour qui se laisser conduire sans sur-analyse représentera un effort presque insurmontable. Ces personnes auront plus de succès avec d’autres types d’accompagnements bien que cette tendance à tout mentaliser soit un frein majeur dans bon nombre de thérapies. Il faut aussi parfois savoir renoncer à ce qui ne dépend pas de ce que nous pouvons faire.

    suis je allée trop vite peut être? je ne voulais pas lui laisser le temps de réfléchir justement trop ni partir dans l imaginaire et la visualisation pour rester en remémoration puisqu’elle est très analytique….

    Le mieux est effectivement de ne pas trop laisser de place à sa réflexion et de rechercher une saturation. La saturation correspond à un ensemble de demandes perceptuelles (directes, par les sens). Les séquences de type que ressentez-vous ? Où est cette sensations ? Comment évolue-t-elle ? forcent l’attention à quitter le mental pour répondre à la question. Ce qui est important ici est de détourner l’attention du mental pour la projeter soit dans le corps soit dans le protocole que nous sommes en train de dérouler. Une fois encore, il me semble que vous avez fait les choses comme il convenait, nous sommes parfois confrontés en hypnose aux limites de la possibilité d’entrer en transe de certains.

    Vous trouverez également sur ce forum d’autres sujets traitant des techniques et attitudes possibles avec les personnes digitales.

    Concernant le protocole, il n’était pas évident à mettre en pratique, déja je n’avais pas de prénom de la personnalité passée….

    Cela arrive souvent, ce n’est pas déterminant.

    et les ressources recherchées ont été trouvées sous d’autres angles , c’est à dire que ce n’est pas la ressource initiale clairement que l’on a trouvé (nous cherchions  » espoir et foi »nous avons trouvé, « tout est à sa juste place », » forme de sagesse qui surveille » « pas besoin d’espoir »…. cela « collait » tout de même et lorsque j’ai demandé à l’esprit directeur s’il fallait chercher d’autres ressources pour compléter , c’était non donc…on a continué en intégrant ces ressources-là…

    C’est l’essentiel. C’est ce que je nommais « le patient vit toujours quelque chose ». Ce point est le plus important, quelque chose est vécu, quelque chose est trouvé. L’adaptation dont vous avez fait preuve dans ce cas précis me semble juste et je ne doute pas qu’elle semblait juste également pour le patient.

    Aussi , j’ai une question sur l après séance, car lorsque l on reparle avec la personne après , il y a des informations qui arrivent …alors qu’elles n’étaient pas disponibles pendant la séance, par exemple le prénom…..peut on considérer que l’info qui arrive après est « correcte » alors que la personne n’est plus en transe? ou bien est ce l ‘imaginaire qui  s’est branché sur le vécu de la séance? comment distinguer , si cela est possible?

    L’un ou l’autre, quelle importance ? Nous touchons peut-être à l’un des points les plus importants : Ce qui compte le plus est le chemin que fait le patient. La vie, de ce point de vue là, du point de vue de l’évolution humaine et personnelle est essentiellement symbolique.

    Ce point mérite d’être médité car selon moi, une « bonne séance » sera une séance de laquelle le patient aura pu tirer quelque chose… Ce qui amènera un changement !

    Pour une réponse plus stricte, il est tout à fait possible d’accéder à des informations régressives hors séance, par un glissement de l’attention (la méditation est un des moyens de lire ce genre de mémoires et il y en a d’autres). De plus, une fois la séance terminée, un certain état de transe subsiste encore. Difficile de trancher donc. Parfois certaines informations arrivent au moment où l’on cesse de les chercher…

    Dernière question, peut-on enregistrer les séances et les envoyer soit sur le forum soit par mail afin d’avoir un retour encore  plus concret sur le travail effectué et les axes d’amélioration?

    Ce genre de supervision individuelle n’est pas comprise dans le cadre des formations dispensés sur Théolis. Si vous en ressentez vraiment la nécessité, je vous invite à entrer en contact avec l’équipe de Théolis pour être mis en lien avec moi. Nous pourrons alors envisager ce genre de supervision (rémunérée) hors du cadre de ce forum.

    Cependant, par expérience, un suivi de vos questionnements via ce forum peut largement vous permettre d’éclaircir et de corriger les points qui vous feraient défaut ou qui vous poseraient question dans votre pratique. Je ne vous ferme donc pas la porte à cet accompagnement supplémentaire sans être certain qu’il soit nécessaire ou particulièrement pertinent pour vous.

    Un élément important et pertinent est par contre le retour des personnes « cobayes » avec qui vous pratiquez. Prenez dix minutes en fin de séance pour un retour sur les formes de votre accompagnement pour savoir, notamment, si certaines de vos attitudes ou de vos phrases ont perturbées la personne que vous dirigiez. C’est dans ce genre d’échange que l’on corrige rapidement les erreurs les plus importantes dans notre posture ou notre façon d’accompagner.

    Dans tous les cas, je salue votre avancée méthodique et votre détermination qui me réjouissent,

    Mes félicitations pour votre implication,

    Bonne pratique,

    N’hésitez pas.

    #12739
    Photo du profil de Elodie Brault
    Elodie Brault
    Étudiant(e)

    Bonsoir  Camille et merci beaucoup pour la réponse!

    effectivement je n’ai pas pensé à l’aspect kinesthésique pour faire entrer la personne dans son corps et ses sensations au détriment du mental…je tenterai avec elle! effectivement son retour de séance était plutôt bon car elle m’a dit que je l’ai « ramenée » à chaque fois au bon moment ( moi je craignais d avoir coupé trop brusquement par moment) ….il y a un autre point non évoqué d’ailleurs à ce propos, au moment d aller juste après sa mort, elle s’est comme bloquée et ne pouvait me dire ce qu’il se passait ensuite( elle sentait des mains qui l’étranglaient et me l’ a décrit) j ai répété plusieurs fois d aller « APRES « sa mort pour qu’ elle sorte de là mais c était très dur pour elle …donc on a un flou a ce moment, certainement qu’elle devait le revivre…..elle m a dit après qu’ elle était asthmatique enfant d’ailleurs…..donc oui on a trouvé du sens partout!…

    et oui c est ce que je pensais aussi sur la symbolique et l’imaginaire, ce qui compte est le résultat et comment cela aide la personne dans sa vie présente, et non de savoir si c ‘est inventé, réel ou pas…..

    ok pour les enregistrements merci de la proposition, bien sur je comprends que cela demande rémunération, je vais voir selon évolution…..c ‘est plus pour me rassurer c’est vrai;

    merci du temps et implication accordés dans  les réponses!

    Bonne soirée

3 sujets de 1 à 3 (sur un total de 3)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

logo estompé pour certificats 3

Une formation offerte !

Saviez-vous qu'en vous inscrivant gratuitement sur le site, une formation vous est offerte ?

En accès illimité !

les formateurs
J'en profite
Fondamentaux accompagnement gratuite

Théolis Formations : ©2016®