Théolis Formations
2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Auteur
    Réponses
  • #11528
    Photo du profil de olivia Gourmaud
    olivia Gourmaud
    Étudiant(e)

    Bonjour, vous dites que l’incarnation se fait dans le foetus à l’âge de trois mois. Comment expliquez vous les mémoires de vie intra-utérine telle que le syndrome du jumeau perdu que la conscience engramme bien avant trois mois de gestation. Y a t il parfois des mémoires de vie introuvable-utérine qui se présentent en séance? Merci, Bien à vous, Olivia

    #11548
    Photo du profil de Camille Forestier
    Camille Forestier
    Équipe Théolis

    Bonjour Olivia,

    Merci pour votre question.

    En toute honnêteté, je ne l’explique pas. Je n’ai d’ailleurs pas connaissance de cas faisant référence à ces situations particulières (traumas antérieurs à trois mois de gestation).

    Je vais considérer que l’élément que vous citez est vrai pour partager avec vous les éléments de ma réflexion et de ma propre connaissance.

    Autant, passé l’incarnation de « l’âme », les événements traumatiques s’engramment dans le corps karmique (sous forme de connaissance ou de blocage, suivant la situation), autant avant l’incarnation le corps du fétus est encore « indifférencié » (sous la direction de l’esprit et du corps de la mère).

    La seule hypothèse qui me vient à l’esprit dans le cas précis qui nous occupe, à savoir un traumatisme antérieur à l’incarnation (ou aux trois mois) qui engrammerait un souvenir karmique, est celle de la mémoire du corps.

    En effet, autant les âmes suivent un processus d’évolution au travers d’expériences successives (inscrites dans le corps karmique), autant les corps sont des entités vivantes à part entière et suivent également des processus d’évolution, au travers de la reproduction et de l’ADN.

    Il semblerait d’ailleurs que le choix de l’incarnation sur terre dans des corps issus d’une lignée génétique (et non une matérialisation spontanée d’un corps, ce qui en mystique, la précipitation de la matière, est tout à fait réel et possible) permette à l’âme, à chaque incarnation, de bénéficier d’une mémoire d’expérience supplémentaire, fruit de tout ce que les corps de la lignée ont expérimenté avant, expérience, nous le savons à présent grâce à la biologie moderne, enregistrée au fur et à mesure via l’ADN.

     

    Dans ce cadre, l’être « corps » qui suit sa propre évolution via les différentes génération et l’être « esprit » qui s’incarne et oriente en symbiose un corps durant un temps d’incarnation se complètent et l’âme individuelle peut bénéficier des apprentissages (mais aussi des blocages) présents dans le corps dans lequel elle s’incarne (et le corps des expériences de l’âme). Ainsi, s’expliquent notamment nombre de blocages transgénérationnels : Il n’ont pas directement à voir avec le parcours singulier antérieur de l’âme mais avec celui du corps. Nous récupérons avec le corps, savoir et blocages qui lui sont propres, même plusieurs générations après.

    Je propose donc, pour le cas d’école auquel vous faite référence, à une mémoire génétique de l’entité fétus, incorporée et récupérée dès l’incarnation.

    Je reste néanmoins prudent quand à cette réponse et n’ayant pas été confronté à cas particulier, je reste ouvert et curieux pour tous les éléments qui pourraient faire avancer notre connaissance sur le sujet.

    Merci pour votre question,

    N’hésitez pas,

    Au plaisir de vous lire.

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

logo estompé pour certificats 3

Une formation offerte !

Saviez-vous qu'en vous inscrivant gratuitement sur le site, une formation vous est offerte ?

En accès illimité !

les formateurs
J'en profite
Fondamentaux accompagnement gratuite

Théolis Formations : ©2016®