Théolis Formations
3 sujets de 1 à 3 (sur un total de 3)
  • Auteur
    Réponses
  • #7718
    Photo du profil de Jonathan Hangard
    Jonathan Hangard
    Étudiant(e)

    Bonjour, j’aimerais quelques éclaircissements sur une image aperçu durant une séance d »hypnose.

    Durent une séance d’hypnose, la personne à aperçu son frère décédé « il y a 30 ans » dans un tunnel semi éclairé. Je lui est alors posé la question de ce qu’il faisait, elle m’a répondu qu’il a regarder, lui souriait et qu’il attendais ! À savoir que cette personne en questions (patiente), n’a pas fait le deuil depuis le décès de son frère. Par la suite elle a vu également ses parents décédés » il y a 1 ans » à la campagne, il faisait beau et ses parents la regarder et qu’ils étaient heureux !

    Sur ce point de vue là, la personne n’accepte pas le décès de son frère depuis ce temps… Je suis dans une impasse !

    Peut-on la soulager en amenant son frère dans la lumière ou pas ? Peut être un pardon ? Que dois je faire ?

    Merci d’avance ! Car une chose est sûr c’est que cette personne vit un mal être depuis tout ce temps.

    #7733
    Photo du profil de Camille Forestier
    Camille Forestier
    Équipe Théolis

    Bonjour Jonathan,

    Merci pour votre question.

    Je vais formuler quelques éléments de réponse en fonction des données que vous me transmettez.

     

    Il va s’agir ici de séparer les deux problématiques (ou éléments distincts) de cette situation.

     

    1 – Le frère décédé (et/ou les parents) qui apparaît en séance

    Il peut arriver que l’on croise des êtres chers en séance d’hypnose spirituelle. Cela peut se produire :

    – Dans l’entre-vie
    – Dans le sas de lumière
    – Plus rarement dans un lieu intermédiaire ou symbolique

    Si cette apparition ne s’apparente pas à un parasitage énergétique (à une entité), c’est à dire, si l’être cher défunt ne se trouve pas dans le corps d’énergie du patient, la question se pose de savoir pourquoi, dans quel but, cette apparition intervient.

    Si le défunt ne demande ou n’a manifestement pas besoin d’aide, il se trouve déjà dans la lumière et vient juste entrer en communication. Dans ce cas précis, il sera donc inutile d’essayer de l’y conduire.

    Les âmes compagnons (dont font souvent partis les membres de la famille) peuvent venir occasionnellement transmettre un message au patient. Dans ce cas précis, probablement quelque chose comme : « Je vais bien, je suis heureux, tu peux faire ton deuil, penses à ton propre chemin de vie et à ton bonheur, nous nous verrons un jour ».

    Le fait que le frère défunt apparaisse semble à première vue dans cette situation intervenir pour transmettre un message au patient.

    Ce message mérite d’être explicité. Ainsi, le thérapeute peut demander à son patient d’entrer en dialogue avec cet être cher défunt et lui demander la raison de sa présence en ce lieu de conscience.

    Dans le cas décrit ici concernant le frère et les parents, il est peu probable que ces derniers aient besoin d’aide (il ne seraient pas heureux ou contents dans le cas où ils seraient bloqués entre deux plans). Si il devait s’avérer que si, il conviendra alors d’improviser une libération d’âme, dans le cadre du contexte qui se présente. Reprenez pour cela les outils de la libération d’âme tels qu’enseignés dans la formation.

    Aussi, le plus probable en l’état est qu’effectivement le deuil de ces êtres chers n’ai pas été fait. Aussi, ces dernier viennent transmettre leur message pour aider leur parent (le patient) à continuer plus légèrement son propre chemin et à ne pas rester coincé dans sa problématique.

     

    Il convient donc de questionner (directement ou via le patient ou éventuellement via les guides) le / les êtres chers défunt et d’adapter la séance dès ce moment là en conséquence.

     

    Un dialogue peut être ouvert, dans le lieu où se fait l’apparition ou dans le sas de lumière (ou ailleurs). Il suffit de demander à tous les protagonistes leur accord pour changer de lieu le cas échéant.

     

    Il est presque certain que la solution à la problématique du patient se trouve dans l’échange que va contenir ce dialogue.

     

    Dit autrement, il y aura plus de résultats sur la vie quotidienne de ce patient en écoutant et en comprenant le message des êtres chers défunts qu’en continuant, pour cette fois-ci du moins, la séance initialement programmée.

     

    Ce dialogue peut amener :

    – A un message : On aidera alors le patient à le reformuler et on n’hésitera pas à lui faire poser des questions complémentaires à l’être cher avec qui il est en relation, si l’on pressent que certains détails méritent d’être approfondis ou explicités.

    – A un processus de pardon : Pardon de soi (du patient) qui a besoin d’entendre qu’il est pardonné pour des choses qu’il aurait fait ou omises ou pardon du défunt (si de la colère subsiste en trame de fond chez le patient) et parfois pardon pour les deux.

    Dans tous les cas, dans le contexte présenté ici, c’est dans le dialogue et l’écoute attentive des informations transmises par ces âmes que se trouvera la clef de résolution pour cette séance. Ce cas est donc très riche et intéressant.

     

    Il est possible de terminer cet échange par un cadeau. On prendra également soin de demander au défunt si le patient ou nous-même pouvons-faire quelque chose pour lui et nous adapter à sa réponse.

     

     

    2 – Concernant le patient et sa difficulté à faire un deuil

     

    Le véritable sujet qui m’apparaît à l’exposition de ce cas particulier est le suivant :

    La problématique ne semble pas venir des défunts (qui viennent donner un coup de main à leur âme-compagnon) mais de certains points non-réglés de la part du patient avec ces personnes avant leur mort (d’où l’incapacité de faire son deuil).

    Je vous proposerais dans ce cas là d’organiser une séance entière dans un lieu de lumière en suivant globalement la trame suivante (elle n’est qu’un guide, suivez votre intuition).

     

    Induction

    Approfondissement

    Passage dans un lieu de lumière dont vous définirez à l’avance les qualités (agréable, superbe, lumineux, apaisant, etc.)

    (Optionnel) Convocation du guide de la personne (si elle l’a déjà croisé durant d’autres séances, sinon sautez cette étape). Le guide est convoqué comme témoin et également comme intervenant ou médiateur. Il peut arriver qu’il n’intervienne pas durant toute la séance ou qu’il transmette lui aussi des informations importantes au patient.

    Convocation de l’être cher défunt (ou des êtres chers). Demandez au patient si il préfère les faire venir tous d’un coup ou petit à petit. À partir de ce moment, c’est en réalité le patient et le contexte qui vont diriger la séance.

    Demander au patient (après les premiers échanges éventuels) de dire aux êtres chers ce qu’il aurait voulu leur dire de leur vivant ou qu’il souhaite leur dire à présent. Il peut parler de lui ou d’eux. Les âmes présentes à cette réunion se trouvent sur des plans où seul l’amour et la compréhension sont de mises. Tout ce que le patient a sur le coeur doit être dit.

    Demandez au patient de questionner les êtres chers sur ce qu’ils ont à dire ou ce qu’ils proposent ou souhaitent (si ça n’a pas déjà été fait). La réponse à ces questions est importante et contient la clef de votre séance.

    (Le cas échéant) Demandez au patient de demander / recevoir un pardon (uniquement si cela est approprié) et mettez en place (le cas échéant) ce qui semblerait convenir par rapport aux besoins exprimés de part et d’autre durant la discussion.

    Vérifier que tout a été dit en interrogeant tous les acteurs présents.

    Terminez la séance par un échange de cadeaux (voir protocole du pardon).

    Faites revenir le patient.

     

        Notez qu’il est préférable d’autoriser le patient à effectuer une partie de cet échange sans tout retranscrire à voix haute. Certaines parties du dialogue seront peut-être trop intimes pour être partagées avec le thérapeute. Laissez-ce choix donc et contentez vous des réponses que le patient vous donne volontiers, contentez-vous de suivre la trame de la discussion pour pouvoir continuer de diriger la séance.

     

    L’effet émotionnel de cette séance peut être important (et libérateur en conséquence). Pensez que ce genre de travail doit impérativement être accompagné par le thérapeute avec douceur, patience, discrétion et amour.

    Suivez ces quatre qualités relationnelles durant l’échange et les résultats seront très positifs pour le patient et la situation dans laquelle il se trouve.

     

    En espérant vous avoir répondu au mieux,
    Bonne pratique.

    #7807
    Photo du profil de Jonathan Hangard
    Jonathan Hangard
    Étudiant(e)

    Merci Camille !

     

3 sujets de 1 à 3 (sur un total de 3)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

logo estompé pour certificats 3

Une formation offerte !

Saviez-vous qu'en vous inscrivant gratuitement sur le site, une formation vous est offerte ?

En accès illimité !

les formateurs
J'en profite
Fondamentaux accompagnement gratuite

Théolis Formations : ©2016®