Théolis Formations
7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)
  • Auteur
    Réponses
  • #8426
    Photo du profil de Tatiana Vincent
    Tatiana Vincent
    Étudiant(e)

    Bonjour Camille,
    j’ai eu une copine qui est très digital. Elle a une grosse peur de perdre le contrôle.  Pendant l’anamnèse, j’ai constaté qu’elle était plutôt visuelle.  Après l’induction et la catalepsie du bras qui ont plutôt bien marchés, elle est sortie de transe pendant le protocole de la coque de protection et de l’approfondissement qui était un escalier de relaxation.  Elle m’a dit, qu’elle n’arrivait absolument pas ni visualiser, ni sentir, ni entendre les choses que je lui suggérais et cela l’a perturbé. Personnellement , je pense aussi qu’elle s’est sentie perdre le contrôle et elle c’est accrochée pour rester en conscience.  Elle est restée quand même en transe léger. Par contre, elle voyait plein de couleurs. En fait, elle n’est capable que de visualiser  les formes de couleurs différentes. Impossible pour elle d’activer ses VAKOG (on a fait aussi un test après la séance). Dois-je lui proposer une induction qu’avec des couleurs?   Ou faire l’induction de confusion?  Peut être, je n’arriverais jamais avec elle car à chaque fois elle sortira volontairement de transe et il voudrait mieux abandonner cette personne et trouver quelqu’un plus « facile »? Ou il y a quand même un moyen? Je me dis qu’avec les cas difficiles  comme ça j’appendrais mieux, ai-je raison?
    Merci d’avance pour ta réponse.
    Cordialement,
    Tatiana

    #8493
    Photo du profil de Camille Forestier
    Camille Forestier
    Équipe Théolis

    Bonjour Tatiana,

    Merci pour votre question qui va intéresser de nombreux élèves.

    Les personnes dites « digitales » ont l’habitude de centrer leur attention principalement sur leur schéma mentaux. En elle-même, la digitalisation ne fait pas partie du VAKOG et les personnes entrant dans cette catégorie (sans frontière précise) sont principalement des personnes utilisant majoritairement le canal visuel.

    Ce qui pourrait caractériser techniquement ce type de fonctionnement mental repose sur les points suivants :

    – Une faible prise d’information sensorielle (un bref regard sur les choses, une écoute des mots et des concepts seulement)

    – Une analyse immédiate de ces informations (l’information partielle est analysée en tous sens par le mental et doit venir prendre une place dans la représentation mentale de la personne)

    – Une peur profonde de l’inconnu, de l’environnement ou de la nouveauté (c’est la raison pour laquelle chaque situation doit entrer immédiatement dans un schéma mental connu, analysé et maîtrisé).

     

    Un de mes professeurs, et je partage à présent son avis, disait qu’être digital revenait à être une personne kinesthésique refoulée.

     

    En effet, le canal kinesthésique, qui inclut le contact physique mais aussi la présence au corps, à l’autre, à son environnement, est sans nul doutes le canal d’information principal de l’être humain. Les émotions, les sensations, la compréhension du langage non-verbal et même l’intuition ou la perception directe (énergétique ou physique) représentent la majorité des informations disponibles pour nous éclairer sur ce que le réel est vraiment.

    L’état d’éveil spirituel est un état de perception majoritairement kinesthésique, une immersion dans les sentiments du monde.

    * * *

    Une fois ce préambule posé, il est possible d’étudier les conséquences de ce mode de fonctionnement sur notre pratique de l’hypnose en tant que thérapeute.

    Tout d’abord, il est évident que les personnes digitales ne sont pas les personnes test idéales pour l’apprentissage des protocoles. Cependant, si vous avez d’autres partenaires pour travailler les protocoles dans leur profondeur, le travail avec un partenaire digital parmi d’autre peut-être très intéressant.

    En effet, et nous allons le voir en détail ici, les mécanismes de digitalisation ne sont pas le propre des personnes digitales (qui l’utilisent simplement à l’excès) et les personnes clairement digitales représentent jusqu’à vingt pour cent de la population.

     

    Voici quelques clefs de pratique avec les personnes clairement digitales :

     

    – Se concentrer sur la visualisation active :

    Une personne dont chaque perception (faible et partielle) doit passer par le filtre de l’analyse mentale pour être validée consciemment aura les plus grandes difficultés :
    (1) À entrer dans un état de transe profond ou même moyen
    (2) À laisser émerger spontanément des images ou séquences (comme c’est le cas en récession).

    Cependant, ces personnes seront à l’aise dans le cadre de la visualisation active (visualisation volontaire suivant les suggestions du thérapeute) et il sera bon d’aborder l’hypnose avec elles principalement suivant cette méthode qui leur permettra de se familiariser avec la transe et l’hypnose.

    Dans le cadre de l’hypnose spirituelle, vous disposez de plusieurs protocoles utilisant la visualisation comme le nettoyage de printemps énergétique, le désenvoutement (qui peut être adapté suivant plusieurs usages comme nous l’avons déjà vu.

    L’étape suivante, après ces deux protocoles, pourrait être de demander à la personne d’imaginer un Guide et d’inventer le dialogue avec lui.

     

    – Intégrer et favoriser une approche kinesthésique :

    Comme nous venons de le voir, l’excès de mentalisation est le corollaire direct du manque d’attention kinesthésique. Il est en effet impossible de sentir et de penser en même temps. Notre conscient réalise des allers-retours plus ou moins rapides de l’une à l’autre de ces attentions mais l’équilibre est rarement en faveur des sensations.

    Travailler avec une approche kinesthésique permet à la personne digitale de découvrir et de s’immerger dans un mode sensoriel pour lequel elle a peu de références. Comme nous venons de le voir, le fait pour elle de se pencher avec attention sur ses ressentis écarte temporairement la sur-activité mentale (ce qui nous arrange pour atteindre un état de transe plus avancé).

    Aussi, vous pouvez consacrer avec elle une séance entière au nettoyage de printemps énergétique en travaillant sa visualisation active et en développant avec elle les différentes sensations, grossières et subtiles, qu’elle pourra rencontrer tout au long de sa séance (de l’induction au protocole lui-même).

    Ainsi, des sentiments « grossiers » seront, par exemple, lors de l’induction, « Vous sentez la joie en vous », « Vous vous sentez en sécurité », « Où se situe cette sensation ? », « Quelle serait sa couleur ? », « Se diffuse-t-elle ? ».

    Les sentiments « subtils » pourront porter sur les éléments de sa visualisation active, par exemple « Que vous inspire ce lieu que vous créez ? Tout est-il à sa place ? Quelle élément dissone ? Sentez-vous cette dissonance ? Qu’est-ce que vous sentez qu’il faudrait mettre à la place ? ».

    Je sais également qu’à mes débuts en tant que patient en hypnose spirituelle, il m’était difficile d’accéder aux régressions et de visualiser clairement les scènes d’une vie antérieure. La porte des régressions a été pour moi l’approche kinesthésique. Je ressentais les scène, avant de les voir, puis, les images et parfois les sons apparaissaient.

    Notons d’une manière générale que le kinesthésique est très important dans la pratique de l’hypnose en général et de l’hypnose spirituelle et énergétique en particulier.

     

    – Créer une habitude, un entrainement :

    La capacité à entrer en transe, bien que fondamentalement naturelle, répond à certains critères de laisser-aller et de lâcher prise indispensables pour que la magie opère. Comme toutes les disciplines, cette capacité à entrer en transe se travaille, progresse, avec l’entrainement.

    Une personne dans un fonctionnement digital mais qui serait fortement motivée par l’hypnose pourra, petit à petit, améliorer ses capacités à entrer en transe et à accéder aux régressions, à la guidance, etc.

    Aussi, rien n’est noir ou blanc, tout change. Il est possible d’expliquer à son patient que chaque séance permet de se familiariser de plus en plus avec l’hypnose et de s’y laisser aller.

    Les personnes digitales sont par principe effrayées par la nouveauté, le changement, tout ce qui n’est pas encore clairement défini dans leur schéma mental sur lequel elles s’appuient. Aussi, découvrir l’hypnose et, pire encore, laisser venir à son esprit des images ou mémoires de vies antérieures a un effet effrayant et bloquant pour elles. Le fait de se familiariser avec les séances et son thérapeute permet de dépasser petit à petit ces résistances à l’inconnu puisque ce dernier devient petit à petit connu et compréhensible.

     

    N’hésitez également pas, lors des premières séances, à utiliser massivement des ressources de confiance, de bien-être, de paix, de tranquillité afin d’aider par le corps le mental des patients à s’apaiser.

     

    – Donner l’autorisation de ne pas aller en transe :

    Si vous optez avec votre patient pour le nettoyage de printemps énergétique comme entrée en matière, vous pouvez ajouter en début de séance la proposition suivante (durant l’induction) :

     

    « Pour cette séance, tout sera facile et se fera seul pour vous. Vous être autorisé à ne pas entrer en transe et n’aurez qu’à écouter ma voix. Je vous invite à vous le dire à vous même, je m’autorise à ne pas entrer en transe et j’écouterais simplement votre voix »

     

    Cette proposition / injonction possède une double action :

    – Elle libère de la crainte de mal faire, de rater la séance ou de ne pas arriver à entrer en transe.

    – Elle libère de la peur de la transe elle-même en rassurant le patient sur sa capacité à ne pas aller dans des lieux où il suppose qu’il ne pourrait plus avoir le contrôle.

    – Elle affirme à l’inconscient le contraire puisque, nous l’avons vus, l’inconscient ne comprend pas la négation. Ainsi, l’inconscient entend, surtout quand le patient se répète la phrase pour lui-même : « Je m’autorise à entrer en transe ».

    Moins de pression psychologique, de peurs et un message positif pour l’inconscient ; Cette technique (qui n’est pas miraculeuse, ne nous y trompons pas), présente un intérêt certain dans ce genre de cas.

     

    * * *

     

    Voici plusieurs plans de compréhension et d’action que vous pouvez explorer avec votre patiente, si vous décidez de continuer de vous entraîner avec elle (ce que je vous recommande pour peu que vous ayez d’autres partenaires plus « faciles »).

    Je note également dans votre question que vous obtenez une catalepsie du bras, ce qui est un facteur extrêmement positif et qui induit que votre patiente entre déjà dans un état de transe intéressant.

    En travaillant avec elle sur la kinesthésie, la visualisation active et en la rassurant, par vos mots et par la répétition des séances, vous obtiendrez finalement des résultats positifs pour elle et pour vous.

    Enfin, concernant un travail avec les couleurs qu’elle voit, la règle générale ici serait pour vous de simplement bien savoir pourquoi vous essayez ceci ou cela. Si votre intuition vous dit que le protocole des 14 couleurs gagnerait à être intégré en début de séance, faîtes-le, de même si vous avez l’intuition d’un autre mode de travail actif avec les couleurs et votre patiente.

     

     Identifiez toujours clairement un objectif, même si celui-ci vient d’une intuition, et votre travail aura des effets intéressants pour votre patiente.

     

    Pour travailler avec elle la visualisation (dans le cas où ses difficultés seraient vraiment grandes), proposez-lui de visualiser « légèrement », comme si elle se promenait dans ses pensées et, comme pour tout, cette approche progressive et permissive et l’entrainement conduiront à une amélioration et à des résultats (vérifiez simplement qu’elle soit toujours motivée).

     

    Bonne pratique,

    Je reste à votre disposition.

    #8498
    Photo du profil de Séverine Miquel
    Séverine Miquel
    Équipe Théolis

    Bonjour Tatiana, Bonjour Camille,

    Tout d’abord merci Tatiana pour votre question qui, comme le souligne Camille, intéressera bien des élèves.

    La réponse de Camille est tout à fait juste et adaptée à votre question et je souhaiterais simplement y ajouter une expérience que j’ai tenté avec un patient particulièrement digital et qui a eu de bons résultats.

    Lors de l’induction auprès de votre amie, il vous est tout à fait possible d’inviter son conscient à rester présent lors de la séance.

    Je présente cette invitation de la sorte :

    « Et sache que durant toute la séance, ton conscient pourra rester présent. Je te demande juste de lui donner la place d’un observateur qui pourra, si tu le souhaites, intervenir à tous moments si cela te semble juste pour toi. Tu as bien sûr tout intérêt à permettre à ton conscient de rester à sa place d’observateur et tu peux lui permettre de créer des images et scènes qui sont paisibles pour toi. Ton conscient peut garder le contrôle de ta sécurité pendant tout le travail que tu vas faire en état de transe. Et tu pourras te rendre compte à quel point il est facile d’être en état de transe profonde et en même temps t’autoriser à garder ton conscient en observation active … »

    J’aime combiné cette autorisation avec des inductions de saturation faisant appel aux souvenirs du patient. Je l’invite à se souvenir d’une scène agréable, d’en amplifier les sons, faire des zooms, etc et en même temps je relie le patient aux sensations de son corps : « et alors que tu rappelle des sons de cette scène tu sens ton corps se détendre en profondeur … ». Et je fais ainsi des aller-retour entre le souvenir, les sensations de détente du corps tout en rappelant l’autorisation.

    Il peut-être rassurant pour la personne de se sentir autoriser à garder son conscient en présence. Cela présente l’avantage de sous-entendre « si je peux intervenir quand je le souhaite c’est que finalement je suis en sécurité » et ainsi de lâcher prise plus sereinement.

    Je ne peux évidemment pas garantir que cela fonctionne avec votre amie mais cela peut être une piste à explorer en plus de tout le reste déjà évoqué par Camille.

    Je vous souhaite une belle continuation dans votre pratique.

    Au plaisir de vous lire.

    #8504
    Photo du profil de Tatiana Vincent
    Tatiana Vincent
    Étudiant(e)

    Un grand merci pour vos réponses si complètes.

    #10376

    Bonjour et merci pour ce bel éclairage

    #10392
    Photo du profil de Georges Perron
    Georges Perron
    Étudiant(e)

    Super !!

    Merci a vous pour ces réponses claires et pratiques

     

    Georges

    #10423
    Photo du profil de Medbouhi Jamila
    Medbouhi Jamila
    Étudiant(e)

    Wouaah!! Merci pour ces réponses claires

    Djémi

7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

logo estompé pour certificats 3

Une formation offerte !

Saviez-vous qu'en vous inscrivant gratuitement sur le site, une formation vous est offerte ?

En accès illimité !

les formateurs
J'en profite
Fondamentaux accompagnement gratuite

Théolis Formations : ©2016®